Privé de la vitesse d' Abdoulay Diaby depuis cet été, qui l'avait amené à installer son 3-5-2 au Jan Breydel, Leko semble avoir effectué un voyage dans le temps pour trouver la bonne formule. Le retour du surnombre au coeur du jeu, là où se contrôlent les matches, passe par les pieds de Siebe Schrijvers, aligné en soutien de Wesley dans un 3-5-1-1 qui permet à Bruges...

Privé de la vitesse d' Abdoulay Diaby depuis cet été, qui l'avait amené à installer son 3-5-2 au Jan Breydel, Leko semble avoir effectué un voyage dans le temps pour trouver la bonne formule. Le retour du surnombre au coeur du jeu, là où se contrôlent les matches, passe par les pieds de Siebe Schrijvers, aligné en soutien de Wesley dans un 3-5-1-1 qui permet à Bruges de mettre le pied sur le ballon et de systématiquement trouver des solutions verticales sur le terrain. Le football brugeois démarre dans les pieds des défenseurs. Capable de trouver un équipier grâce à un ballon tranchant entre les lignes, Stefano Denswil profite des décrochages d'un Hans Vanaken en grande forme. Le maître à jouer des Gazelles prend le ballon, se retourne, et fait courir Arnaud Danjuma et Ruud Vormer, ou combine avec Wesley et Schrijvers. En possession, c'est en effet l'ancien de Genk qui vient compléter le milieu de terrain, en décrochant dans l'axe droit. Vormer, lui, en profite pour faire parler sa qualité dans les appels verticaux. En accumulant des joueurs au centre du terrain, le Club s'offre également les moyens de presser loin dans le camp adverse, avec un Mats Rits puissant et omniprésent à la conquête des ballons morts. Face au Club, les Vert et Noir ont longtemps semblé incapables de sortir de leurs trente mètres sans perdre le ballon, étouffés par l'impressionnante pression brugeoise. Chaque perte de balle était suivie d'une longue période de course, à la poursuite d'un ballon soigneusement protégé par les quatre milieux du Club. Schrijvers profite de la montée en puissance de Wesley, tellement impressionnant physiquement qu'il mobilise l'attention des deux défenseurs centraux, et a fêté sa deuxième titularisation consécutive par un doublé. Avec moins de profondeur, mais plus de maîtrise, le nouveau Club est sur les rails.