La semaine dernière, tous les parties qui le désiraient ont pris la parole. Samedi dernier, le procureur fédéral Kris Wagner a réfuté certains des arguments procéduraux des accusés. Cependant, il s'est surtout concentré sur les conversations téléphoniques qui ont eu lieu pendant la période qui a précédé le match entre Malines et Waasland-Beveren. "Il ne fait aucun doute que ces gens ont triché", a conclu Wagner. Les parties intervenantes auront la parole lundi. Les avocats Thomas Gillis (Beerschot Wilrijk) et Walter Van Steenbrugge (Lokeren) contreront certaines attaques personnelles. Tubize se fera un plaisir de profiter dans sa pliante contre Malines de l'ouverture réalisée par le procureur fédéral Wagner. Enfin, les avocats des supporters de Malines prendront également la parole. "La thèse selon laquelle Malines doit être relégué en 1e division amateurs n'est pas déraisonnable", peut-on lire dans la conclusion des 225 pages établie par le parquet fédéral. C'est la commission des litiges d'appel qui tranchera. Lundi après-midi, ce sera au tour des agents des joueurs : Dejan Veljkovic, Walter Mortelmans, Thomas Troch et Evert Maeschalck. L'avocat de Mortelmans, Hugo Vandenberghe, a déjà fait miroiter samedi qu'il allait lancer une "bombe sous le dossier". On ignore la nature de celle-ci. Mardi, ce sera au tour de FC Malines et de ses administrateurs accusés d'intervenir. Après la pause déjeuner, le club de Waasland-Beveren et ses administrateurs poursuivis présenteront leurs plaidoiries. Le tout dernier mot sera en principé donné au joueur Olivier Myny. Mardi, Maître Sven Mary plaidera pour le maintien de son statut de repenti. Ensuite, la commission des litiges d'appel se prononcera dans les meilleurs délais. C'est nécessaire car l'URBSFA veut clore le dossier disciplinaire complet avant le 30 juin, et ce compris la procédure d'appel devant le Tribunal Arbitral du Sport (CBAS). . (Belga)