De Saedeleer a commencé par déclarer qu'il restait sur sa faim pour ce qui concerne la réponse et les conclusions écrites du procureur fédéral Kris Wagner. "Je n'ai rien lu sur le fait que Waasland-Beveren a bien aligné son équipe la plus forte. Je n'ai rien lu non plus sur le désavantage financier, car la perte a coûté au club environ 450.000 euros." Une fois de plus De Saedeleer a épinglé un élément de procédure. "Parce qu'il y a bien une période d'expiration dès que la réclamation est faite après le 15 juin de la saison en question. Les poursuites sont donc irrecevables. Le parquet fédéral et les parties intervenantes tournent autour du pot. Le Comité exécutif a également interprété cet article, la date ayant été avancée du 30 au 15 juin. Je suppose donc que le reste n'a pas été adapté, car l'interprétation donnée dans l'affaire Bellemans est tout à fait correcte." "Puis-je également souligner la nature personnelle de la sanction? Quel avantage et quel intérêt Waasland-Beveren a-t-il eu, selon le parquet fédéral? Au FC Malines, il est indiqué que les actions ont été entreprises par le club, car il pouvait en retirer un avantage. Et Waasland-Beveren? Il n'y avait aucun intérêt ou avantage pour ce club." De Saedeleer est revenu sur les sept "initiatives" attribuées à Waasland-Beveren. La première, ce sont les deux rencontres entre le président Huyck et Veljkovic. L'avocat met en avant l'accusation selon laquelle "il n'a pas été prouvé qu'une somme d'argent quelconque ait été acceptée. Même les patrouilles de police ont découvert que Huyck repoussait une offre financière." Le deuxième élément, c'est la proposition d'Olivier Swolfs d'aligner Daan Foulom pour déforcer l'équipe contre le FC Malines. "Mais ce garçon n'a pas joué une seconde. Sven Vermant (alors coach, ndlr) a confirmé qu'il n'y avait pas eu d'interférence de la direction." Troisièmement, le conseil de Clippeleyr, membre du conseil d'administration, à Huyck de supprimer les messages et les e-mails. "Suggestif et à ne pas relier à Veljkovic. Les écoutes sur Clippeleyr n'ont rien donné". "Le quatrième point serait que Swolfs aura transmis des infos à Steemans, mais jusqu'à présent, il n'a pas été précisé lesquelles. Entre-temps, nous savons aussi que Swolfs et Huyck n'ont pas parlé à Olivier Myny (cinquième initiative, ndlr) et Davy Roef (sixième initiative, ndlr)". La dernière accusation concerne une conversation entre Huyck et Swolfs ("Nous aurions mieux fait d'y aller à fond"), mais De Saedeleer attribue cette citation aux 450.000 euros que Waasland-Beveren a vu partir en fumée à cause de cette défaite. (Belga)