Dans sa proposition, Ducarme définit clairement entre autres le champ d'activité de l'agent. Le conflit d'intérêt devient impossible, des pourcentages maximums sont prévus lorsqu'un joueur (maximum 5 pour cent sur le revenu brut) ou un club (maximum 8 pour cent de commission) mandate l'agent, il est interdit d'être l'intermédiaire de joueurs et d'entraîneurs d'une même équipe et un portefeuille ne peut pas contenir plus de 30 pour cent de joueurs professionnels d'une même équipe. La question de la "propriété d'une tierce personne" est également abordée et Ducarme veut une transparence totale des transactions et des comptes annuels. Ducarme a prévu sanctions tant pour les clubs, qui paient un agent si un joueur l'a déjà fait, et pour les agents eux-mêmes. Ces accords seront annulés et des amendes allant de 250 à 100.000 euros sont prévues tout comme un emprisonnement d'un mois à un an. "Depuis sa création, la BFFA défend une initiative juridique fédérale qui encourage l'éthique, la transparence et le professionnalisme dans le monde des managers. Nous sommes donc heureux que le ministre Ducarme ait pris en compte nos propositions constructives des douze derniers mois et ait fait un premier pas", a déclaré le BFFA. "Nous pensons que c'est une bonne base pour assainir le monde du football, même s'il y a encore du travail", poursuit l'association. "Nous sommes heureux qu'un institut professionnel des agents sportifs ait été inclus dans le projet de loi. Nous avons toujours exprimé notre soutien à un tel organe, car il est crucial pour le fonctionnement du monde des agents. Nous avons besoin d'une telle institution, car elle peut imposer des règles disciplinaires et déontologiques, beaucoup plus qu'une organisation privée." Plus tôt cette semaine, la Pro League a également complété ses propres règles concernant les intermédiaires. "Nous sommes un peu surpris que la Pro League édicte ses propres règles, qui ne sont pas conformes au projet de loi de Ducarme. Cela ne semble pas être la voie la plus efficace pour avancer et cela entraîne la confusion juste au moment où la clarté est nécessaire", a déclaré la BFFA, qui encourage la Pro League à suivre la même voie. (Belga)

Dans sa proposition, Ducarme définit clairement entre autres le champ d'activité de l'agent. Le conflit d'intérêt devient impossible, des pourcentages maximums sont prévus lorsqu'un joueur (maximum 5 pour cent sur le revenu brut) ou un club (maximum 8 pour cent de commission) mandate l'agent, il est interdit d'être l'intermédiaire de joueurs et d'entraîneurs d'une même équipe et un portefeuille ne peut pas contenir plus de 30 pour cent de joueurs professionnels d'une même équipe. La question de la "propriété d'une tierce personne" est également abordée et Ducarme veut une transparence totale des transactions et des comptes annuels. Ducarme a prévu sanctions tant pour les clubs, qui paient un agent si un joueur l'a déjà fait, et pour les agents eux-mêmes. Ces accords seront annulés et des amendes allant de 250 à 100.000 euros sont prévues tout comme un emprisonnement d'un mois à un an. "Depuis sa création, la BFFA défend une initiative juridique fédérale qui encourage l'éthique, la transparence et le professionnalisme dans le monde des managers. Nous sommes donc heureux que le ministre Ducarme ait pris en compte nos propositions constructives des douze derniers mois et ait fait un premier pas", a déclaré le BFFA. "Nous pensons que c'est une bonne base pour assainir le monde du football, même s'il y a encore du travail", poursuit l'association. "Nous sommes heureux qu'un institut professionnel des agents sportifs ait été inclus dans le projet de loi. Nous avons toujours exprimé notre soutien à un tel organe, car il est crucial pour le fonctionnement du monde des agents. Nous avons besoin d'une telle institution, car elle peut imposer des règles disciplinaires et déontologiques, beaucoup plus qu'une organisation privée." Plus tôt cette semaine, la Pro League a également complété ses propres règles concernant les intermédiaires. "Nous sommes un peu surpris que la Pro League édicte ses propres règles, qui ne sont pas conformes au projet de loi de Ducarme. Cela ne semble pas être la voie la plus efficace pour avancer et cela entraîne la confusion juste au moment où la clarté est nécessaire", a déclaré la BFFA, qui encourage la Pro League à suivre la même voie. (Belga)