La Juventus, dont le président Andrea Agnelli est l'un des principaux initiateurs du projet, précise "être au courant de la demande et des intentions exprimées par certains clubs de se retirer de ce projet, alors que les procédures nécessaires prévues par l'accord entre les clubs n'ont pas été achevées." "Dans ce contexte, la Juventus, même en restant convaincue de la solidité des prémisses sportives, commerciales et juridiques du projet, estime qu'il y a en ce moment des chances limitées que le projet soit mené à bien sous la forme initialement conçue", détaille le club turinois. La Juventus dit rester "déterminée à poursuivre la création de valeur à long terme pour la société et l'ensemble du secteur du football". Plus tôt dans la journée, le président Andrea Agnelli avait reconnu que le projet n'était pas tenable sans les clubs anglais, les premiers à se retirer. Interrogé mercredi par l'agence Reuters, à la question si la compétition peut se tenir sans les clubs anglais, Agnelli a répondu: "Pour être franc et honnête non, évidemment que ça n'est pas le cas." Le projet de Super League a connu un sérieux coup d'arrêt après le retrait, mardi soir, des six clubs anglais impliqués, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham. Dans la foulée de ces annonces, les créateurs ont expliqué qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet" de compétition privée censée concurrencer la Ligue des champions de football. Mais mercredi, l'Atlético Madrid, l'Inter Milan et l'AC Milan ont à leur tour annoncé leur désistement. Les deux géants espagnols, le Real Madrid de Florentino Perez, le président de cette ligue fermée, et le FC Barcelone ne se sont pas encore exprimés publiquement. (Belga)

La Juventus, dont le président Andrea Agnelli est l'un des principaux initiateurs du projet, précise "être au courant de la demande et des intentions exprimées par certains clubs de se retirer de ce projet, alors que les procédures nécessaires prévues par l'accord entre les clubs n'ont pas été achevées." "Dans ce contexte, la Juventus, même en restant convaincue de la solidité des prémisses sportives, commerciales et juridiques du projet, estime qu'il y a en ce moment des chances limitées que le projet soit mené à bien sous la forme initialement conçue", détaille le club turinois. La Juventus dit rester "déterminée à poursuivre la création de valeur à long terme pour la société et l'ensemble du secteur du football". Plus tôt dans la journée, le président Andrea Agnelli avait reconnu que le projet n'était pas tenable sans les clubs anglais, les premiers à se retirer. Interrogé mercredi par l'agence Reuters, à la question si la compétition peut se tenir sans les clubs anglais, Agnelli a répondu: "Pour être franc et honnête non, évidemment que ça n'est pas le cas." Le projet de Super League a connu un sérieux coup d'arrêt après le retrait, mardi soir, des six clubs anglais impliqués, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham. Dans la foulée de ces annonces, les créateurs ont expliqué qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet" de compétition privée censée concurrencer la Ligue des champions de football. Mais mercredi, l'Atlético Madrid, l'Inter Milan et l'AC Milan ont à leur tour annoncé leur désistement. Les deux géants espagnols, le Real Madrid de Florentino Perez, le président de cette ligue fermée, et le FC Barcelone ne se sont pas encore exprimés publiquement. (Belga)