Le Club YLA en mode puissance 4 : dans le choc des clubs toujours invaincus en championnat, le déplacement à Zulte Waregem a finalement souri au Club YLA, désormais seul en tête. Le Essevee n'a pourtant pas démérité, surtout en deuxième période, mais les trop nombreuses erreurs commises derrière l'ont condamné à subir cette première défaite de la saison, malgré un départ canon. On notera le but plein d'opportunisme d'Esther Buabadi contre son ancienne équipe. "On espérait être les seuls et uniques leaders avant la trêve internationale, c'est maintenant chose faite. Et c'est un soulagement", expliquera le coach brugeois Dennis Moerman après la rencontre.

Le tarif Wullaert pour Anderlecht : la défaite la semaine passée à Bruges allait-elle laisser des traces dans les esprits mauves ? La réponse est visiblement non, en témoigne la victoire nette et sans bavure des Bruxelloises face à un Gand qui continue de souffrir. Un succès qui doit beaucoup à Tessa Wullaert, autrice d'un quadruplé (dont ce gloazo à 5'25" sur la vidéo). Et sans quelques beaux arrêts de la gardienne Nicky Evrard, le score aurait pu être encore plus lourd pour le Sporting. Un constat également dressé par le coach Johan Walem, qui attend un peu plus de réalisme de ses joueuses à l'avenir.

Grosse claque pour Charleroi : on pensait les Zébrettes sur les bons rails après avoir ouvert le score à Genk, mais les Hennuyères n'ont rien pu faire face à une Gwen Duijsters en feu, avec... cinq buts et un assist facturés au bout de la soirée. Dont cette praline visible à 8'10" sur la vidéo ci-dessous. Certes, c'est plus facile quand on joue une mi-temps à dix contre onze après l'exclusion de Manyima Stevelmans et dans une défense totalement aux abois. "Derrière, on joue un peu comme des minimes", assénera même la coach carolo Aline Zeler. Dur, mais réaliste...

LES RÉSULTATS

RSCA Women 4 - 0 Gent Ladies

Genk Ladies 7 - 1 Sporting de Charleroi

Fémina White Star 0 - 6 OHL

Zulte Waregem 0 - 3 Club YLA

Standard Fémina 4 - 2 Eendracht Alost

LE CLASSEMENT

1. Club YLA - 12 pts

2. OHL - 10 pts

3. Zulte Waregem - 9 pts

4. Standard Fémina - 7 pts

5. RSCA Women - 6 pts

5. Genk Ladies - 6 pts

7. Sporting de Charleroi - 3 pts

8. Gent Ladies - 1 pt

8. Fémina White Star - 1 pt

10. Eendracht Alost - 0 pt

Le Club YLA en mode puissance 4 : dans le choc des clubs toujours invaincus en championnat, le déplacement à Zulte Waregem a finalement souri au Club YLA, désormais seul en tête. Le Essevee n'a pourtant pas démérité, surtout en deuxième période, mais les trop nombreuses erreurs commises derrière l'ont condamné à subir cette première défaite de la saison, malgré un départ canon. On notera le but plein d'opportunisme d'Esther Buabadi contre son ancienne équipe. "On espérait être les seuls et uniques leaders avant la trêve internationale, c'est maintenant chose faite. Et c'est un soulagement", expliquera le coach brugeois Dennis Moerman après la rencontre.Le tarif Wullaert pour Anderlecht : la défaite la semaine passée à Bruges allait-elle laisser des traces dans les esprits mauves ? La réponse est visiblement non, en témoigne la victoire nette et sans bavure des Bruxelloises face à un Gand qui continue de souffrir. Un succès qui doit beaucoup à Tessa Wullaert, autrice d'un quadruplé (dont ce gloazo à 5'25" sur la vidéo). Et sans quelques beaux arrêts de la gardienne Nicky Evrard, le score aurait pu être encore plus lourd pour le Sporting. Un constat également dressé par le coach Johan Walem, qui attend un peu plus de réalisme de ses joueuses à l'avenir.Grosse claque pour Charleroi : on pensait les Zébrettes sur les bons rails après avoir ouvert le score à Genk, mais les Hennuyères n'ont rien pu faire face à une Gwen Duijsters en feu, avec... cinq buts et un assist facturés au bout de la soirée. Dont cette praline visible à 8'10" sur la vidéo ci-dessous. Certes, c'est plus facile quand on joue une mi-temps à dix contre onze après l'exclusion de Manyima Stevelmans et dans une défense totalement aux abois. "Derrière, on joue un peu comme des minimes", assénera même la coach carolo Aline Zeler. Dur, mais réaliste...