La chute collective en début de course a provoqué l'abandon de plusieurs coureurs. ""La course a commencé avec cette chute à cause du vent de travers", a expliqué Wellens. "Il y a quelques années, j'en ai fait l'expérience ici aussi. Lorsque le vent souffle si fort et juste sur un chemin où le vent vient de travers, vous savez que ça va être dangereux. J'ai eu la chance de passer, mais tous les membres de l'équipe n'ont pas eu cette chance. Brent (Van Moer, NDLR) a eu une mauvaise chute, par exemple, et nous l'avons perdu." Wellens a vu dans le Monte Santa Marie Tadej Pogacar s'en aller. ""Nous savions que nous devions garder un ?il sur lui, tout le monde aurait aimé être avec lui, mais personne n'avait de réponse toute prête. Tout le monde était à la limite quand c'est arrivé. Il était clairement le plus fort." Wellens a semblé un moment être en mesure de lutter pour la deuxième place. "Il est rapidement devenu clair que nous roulions pour la deuxième place, car Pogacar a rapidement creusé un gros trou et nous n'avons pas pu le combler. Personne ne pouvait aller plus vite. Il était vraiment juste le plus fort. Après ça, le podium se présentait bien pour moi, mais quand Asgreen et Valverde sont partis, je n'ai pas pu suivre. À la fin, mon réservoir était vide." (Belga)

La chute collective en début de course a provoqué l'abandon de plusieurs coureurs. ""La course a commencé avec cette chute à cause du vent de travers", a expliqué Wellens. "Il y a quelques années, j'en ai fait l'expérience ici aussi. Lorsque le vent souffle si fort et juste sur un chemin où le vent vient de travers, vous savez que ça va être dangereux. J'ai eu la chance de passer, mais tous les membres de l'équipe n'ont pas eu cette chance. Brent (Van Moer, NDLR) a eu une mauvaise chute, par exemple, et nous l'avons perdu." Wellens a vu dans le Monte Santa Marie Tadej Pogacar s'en aller. ""Nous savions que nous devions garder un ?il sur lui, tout le monde aurait aimé être avec lui, mais personne n'avait de réponse toute prête. Tout le monde était à la limite quand c'est arrivé. Il était clairement le plus fort." Wellens a semblé un moment être en mesure de lutter pour la deuxième place. "Il est rapidement devenu clair que nous roulions pour la deuxième place, car Pogacar a rapidement creusé un gros trou et nous n'avons pas pu le combler. Personne ne pouvait aller plus vite. Il était vraiment juste le plus fort. Après ça, le podium se présentait bien pour moi, mais quand Asgreen et Valverde sont partis, je n'ai pas pu suivre. À la fin, mon réservoir était vide." (Belga)