Bon nombre de médias affirment que le sélectionneur n'a pas suffisamment d'étoffe pour diriger un groupe de ce niveau. Cela vous tracasse-t-il?

Steven Martens : "Effectivement, nous y songeons. Les coaches ne sont pas éternels. Marc Wilmots a un contrat de quatre ans et nous pensons à ce que nous devrons faire au terme de celui-ci ou avant s'il se passe quelque chose. Nous essayons d'ouvrir grands nos yeux et nos oreilles mais on exagère beaucoup et cela finit par rejaillir sur le sélectionneur. C'est un homme. Il doit écouter les différents avis et trancher. C'est propre à un sport comme le football et plus encore au niveau d'une équipe nationale. Cela ne se passe pas qu'en Belgique. Mais nous n'avons de toute façon pas l'impression que nous devons intervenir."

Les médias se trompent-ils donc lorsqu'ils voient, dans les récentes déclarations de Courtois et De Bruyne, des critiques à l'égard du sélectionneur?

"Je suis en contact avec les joueurs et je parle également avec ceux qui partagent la vie du groupe. Ce sentiment est inexact. Il provient du fait qu'on a lié une déclaration d'après-match à d'autres affaires. Courtois a dit quelque chose au moment où le livre de De Bruyne sortait et on a associé les deux. J'ai lu des choses dont je sais qu'elles ne ressemblent pas à ces deux hommes. Je le répète: certains ont tendance à tout exagérer et à noircir le tableau."

Par François Colin et Jacques Sys

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Steven Martens dans votre Sport/Foot Magazine

Bon nombre de médias affirment que le sélectionneur n'a pas suffisamment d'étoffe pour diriger un groupe de ce niveau. Cela vous tracasse-t-il?Steven Martens : "Effectivement, nous y songeons. Les coaches ne sont pas éternels. Marc Wilmots a un contrat de quatre ans et nous pensons à ce que nous devrons faire au terme de celui-ci ou avant s'il se passe quelque chose. Nous essayons d'ouvrir grands nos yeux et nos oreilles mais on exagère beaucoup et cela finit par rejaillir sur le sélectionneur. C'est un homme. Il doit écouter les différents avis et trancher. C'est propre à un sport comme le football et plus encore au niveau d'une équipe nationale. Cela ne se passe pas qu'en Belgique. Mais nous n'avons de toute façon pas l'impression que nous devons intervenir."Les médias se trompent-ils donc lorsqu'ils voient, dans les récentes déclarations de Courtois et De Bruyne, des critiques à l'égard du sélectionneur?"Je suis en contact avec les joueurs et je parle également avec ceux qui partagent la vie du groupe. Ce sentiment est inexact. Il provient du fait qu'on a lié une déclaration d'après-match à d'autres affaires. Courtois a dit quelque chose au moment où le livre de De Bruyne sortait et on a associé les deux. J'ai lu des choses dont je sais qu'elles ne ressemblent pas à ces deux hommes. Je le répète: certains ont tendance à tout exagérer et à noircir le tableau."Par François Colin et Jacques SysRetrouvez l'intégralité de l'interview de Steven Martens dans votre Sport/Foot Magazine