Les Belges débutent leur campagne qualificative pour l'EURO contre la Russie et Chypre. Une nouvelle fois, le groupe dans lequel ils se trouvent ne comporte pas de " gros morceau. " Est-ce problématique ?

Les joueurs ont connu une déroute sidérante en Suisse. Ce n'est pas parce qu'elle a été vécue sur RTL qu'elle n'a pas existé ! (il rit) J'espère que le groupe s'est remis en question et qu'il y a eu une prise de conscience. Sinon... Concernant le groupe de qualification, à moins d'un imprévu intersidéral, nous devrions nous en sortir sans grande difficulté.

Doit-on s'attendre à des surprises contre la Russie? Kevin de Bruyne est blessé et je vois bien Youri Tielemans le remplacer. Quant au manque d'adversaire relevé, c'est dû à l'organisation des qualifications : par définition, les meilleurs s'évitent. C'est un phénomène qui s'accentue avec le nombre croissant de places qualificatives pour l'EURO et, à l'avenir, le Mondial. A moins d'être un petit pays ou de vraiment rater sa campagne, les tours préliminaires ne jouent plus leur rôle de filtre. Je le regrette.

Le noyau des Diables est-il en fin de cycle ?

Je ne pense pas. Nos quatre stars mondiales (Courtois, Kompany, De Bruyne, Hazard) sont toujours là. Mousa Dembélé a opté pour la Chine mais il a accumulé les déceptions en équipe nationale. C'est différent pour Marouane Fellaini qui a connu une carrière remarquable alors qu'il n'a jamais été considéré comme un incontournable par ses coaches. Il n'a commencé aucune des Coupes du monde ! Or, il a marqué l'histoire des Diables. Il a été sous-estimé car il était atypique et on pouvait difficilement le comparer à d'autres. Il n'avait pas son pareil pour sentir l'endroit où le ballon allait arriver dans le rectangle !

Qu'en est-il de votre carrière cinématographique ?

Je travaille sur mon prochain long métrage, qui s'intitulera Enfant terrible. Jérémie Renier incarnera le personnage principal. Le tournage débutera le 4 juin et s'étalera sur huit semaines. Il sera plus exigeant et plus compliqué que les précédents. La sortie est programmée pour septembre 2020. Oui, juste après l'EURO 2020 ! (il rit)

Vous ressentez davantage de pression après la réussite critique et populaire de Noces ?

Ce succès a été inespéré. Il a suscité une attente mais je préfère vivre avec que sans. Par contre, je devrai faire des concessions par rapport à l'agenda foot. Je serai disponible pour finir la saison à La Tribune mais pas pour les rencontres des Diables contre le Kazakhstan et l'Ecosse, en juin.

Par Simon Barzyczak

Les Belges débutent leur campagne qualificative pour l'EURO contre la Russie et Chypre. Une nouvelle fois, le groupe dans lequel ils se trouvent ne comporte pas de " gros morceau. " Est-ce problématique ? Les joueurs ont connu une déroute sidérante en Suisse. Ce n'est pas parce qu'elle a été vécue sur RTL qu'elle n'a pas existé ! (il rit) J'espère que le groupe s'est remis en question et qu'il y a eu une prise de conscience. Sinon... Concernant le groupe de qualification, à moins d'un imprévu intersidéral, nous devrions nous en sortir sans grande difficulté.Doit-on s'attendre à des surprises contre la Russie? Kevin de Bruyne est blessé et je vois bien Youri Tielemans le remplacer. Quant au manque d'adversaire relevé, c'est dû à l'organisation des qualifications : par définition, les meilleurs s'évitent. C'est un phénomène qui s'accentue avec le nombre croissant de places qualificatives pour l'EURO et, à l'avenir, le Mondial. A moins d'être un petit pays ou de vraiment rater sa campagne, les tours préliminaires ne jouent plus leur rôle de filtre. Je le regrette. Le noyau des Diables est-il en fin de cycle ? Je ne pense pas. Nos quatre stars mondiales (Courtois, Kompany, De Bruyne, Hazard) sont toujours là. Mousa Dembélé a opté pour la Chine mais il a accumulé les déceptions en équipe nationale. C'est différent pour Marouane Fellaini qui a connu une carrière remarquable alors qu'il n'a jamais été considéré comme un incontournable par ses coaches. Il n'a commencé aucune des Coupes du monde ! Or, il a marqué l'histoire des Diables. Il a été sous-estimé car il était atypique et on pouvait difficilement le comparer à d'autres. Il n'avait pas son pareil pour sentir l'endroit où le ballon allait arriver dans le rectangle ! Qu'en est-il de votre carrière cinématographique ? Je travaille sur mon prochain long métrage, qui s'intitulera Enfant terrible. Jérémie Renier incarnera le personnage principal. Le tournage débutera le 4 juin et s'étalera sur huit semaines. Il sera plus exigeant et plus compliqué que les précédents. La sortie est programmée pour septembre 2020. Oui, juste après l'EURO 2020 ! (il rit)Vous ressentez davantage de pression après la réussite critique et populaire de Noces ? Ce succès a été inespéré. Il a suscité une attente mais je préfère vivre avec que sans. Par contre, je devrai faire des concessions par rapport à l'agenda foot. Je serai disponible pour finir la saison à La Tribune mais pas pour les rencontres des Diables contre le Kazakhstan et l'Ecosse, en juin. Par Simon Barzyczak