" Quand Michy Batshuayi est arrivé pour la première fois dans le vestiaire pro, j'ai cru, en me souvenant de tout ce qui avait été dit à son propos à Bruxelles, que c'était une terreur ", explique Pierre Locht, le team manager du Standard, confident sur lequel les joueurs peuvent compter 24 heure sur 24. " Je vais vous étonner : Michy est moins compliqué à gérer que Kanu. Je trouve même qu'il a mûri. Un bon encadrement permet de réagir plus rapidement et d'éviter beaucoup de situations délicates. Michy est bourré de talent mais il a dû apprendre à s'assumer. Il a parcouru des étapes importantes. Il ne cherche pas d'excuses pour sa mise à l'écart de l'équipe nationale Espoirs. Peu importe le degré de gravité de la situation, il mesure que cela nuit à son image, à celle du club et des Espoirs. Pour moi, c'est un pas dans la bonne direction. "

Il ne s'était plus rien passé autour de lui de lui depuis le début de la saison : Ron Jans l'avait écarté en raison de son manque d'application à l'entraînement. Son manque de maturité lui avait valu de passer une journée avec le jardinier du Standard. Puis, petit à petit, il a été guidé et conseillé par les anciens du groupe. L'ambiance en équipe nationale Espoirs n'est pas la même : " Les Diablotins, c'était peut-être perçu comme la colo et le club comme le boulot " dit Locht. " Cette approche n'est évidemment pas permise. "

Par Pierre Bilic

Retrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine

" Quand Michy Batshuayi est arrivé pour la première fois dans le vestiaire pro, j'ai cru, en me souvenant de tout ce qui avait été dit à son propos à Bruxelles, que c'était une terreur ", explique Pierre Locht, le team manager du Standard, confident sur lequel les joueurs peuvent compter 24 heure sur 24. " Je vais vous étonner : Michy est moins compliqué à gérer que Kanu. Je trouve même qu'il a mûri. Un bon encadrement permet de réagir plus rapidement et d'éviter beaucoup de situations délicates. Michy est bourré de talent mais il a dû apprendre à s'assumer. Il a parcouru des étapes importantes. Il ne cherche pas d'excuses pour sa mise à l'écart de l'équipe nationale Espoirs. Peu importe le degré de gravité de la situation, il mesure que cela nuit à son image, à celle du club et des Espoirs. Pour moi, c'est un pas dans la bonne direction. "Il ne s'était plus rien passé autour de lui de lui depuis le début de la saison : Ron Jans l'avait écarté en raison de son manque d'application à l'entraînement. Son manque de maturité lui avait valu de passer une journée avec le jardinier du Standard. Puis, petit à petit, il a été guidé et conseillé par les anciens du groupe. L'ambiance en équipe nationale Espoirs n'est pas la même : " Les Diablotins, c'était peut-être perçu comme la colo et le club comme le boulot " dit Locht. " Cette approche n'est évidemment pas permise. "Par Pierre BilicRetrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine