Victime d'une entorse au genou à Genk, Sinan Bolat cède sa place à un gardien de but originaire d'Habay-la-Neuve : Anthony Mors qui fêtera ses 22 ans dimanche. Le Standard s'intéresse aux jeunes talents bruxellois (accord avec Johan Vermeersch) mais n'a jamais négligé le réservoir ardennais. Et c'est à Sainte-Marie que les Rouches ont repéré Anthony Moris.

Son père, Georges, que tout le monde appelle Jojo, qui fut directeur d'école, se souvient de cette époque. "Anthony avait 10 ans et cela a changé pas mal de choses pour lui et toute la famille", dit-il. "Durant des années, nous nous sommes rendus plusieurs fois par semaine à Liège. Je prenais d'autres jeunes en cours de route : Gaël Arend à Martelange, Thomas Meunier à Bastogne. J'ai usé plus d'une voiture entre les Ardennes et le Standard. Durant les trajets, les jeunes étudiaient, mangeaient, se reposaient. Si c'était à refaire, j'hésiterais..."

Anthony Moris et sa famille sont récompensés. Le jeune homme avait fait quelques apparitions en championnat cette saison et surtout en Europa League contre Copenhague. Excellent dans les airs, rapide au sol, doté d'un dégagement précis, il a évidemment progressé au contact de Sinan Bolat qui partira en été. Moris sera le numéro 1 la saison prochaine.

"Tout le monde est heureux pour lui" dit Jojo. "Il est solide mais ces cinq derniers matchs des play-offs 1 recèlent des dangers car le Standard est décimé." Hier, Moris était nominé au "Mérite sportif luxembourgeois", distinction remise à Thomas Meunier. "Ces deux grands amis se retrouveront le 1er mai à l'occasion de Club Bruges-Standard", explique Jojo. "Anthony s'est promis de tout arrêter et Thomas a relevé le défi. Après les PO1, ils partiront en vacances avec un autre Ardennais de D1 : Guillaume François du Beerschot."

Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine

Victime d'une entorse au genou à Genk, Sinan Bolat cède sa place à un gardien de but originaire d'Habay-la-Neuve : Anthony Mors qui fêtera ses 22 ans dimanche. Le Standard s'intéresse aux jeunes talents bruxellois (accord avec Johan Vermeersch) mais n'a jamais négligé le réservoir ardennais. Et c'est à Sainte-Marie que les Rouches ont repéré Anthony Moris. Son père, Georges, que tout le monde appelle Jojo, qui fut directeur d'école, se souvient de cette époque. "Anthony avait 10 ans et cela a changé pas mal de choses pour lui et toute la famille", dit-il. "Durant des années, nous nous sommes rendus plusieurs fois par semaine à Liège. Je prenais d'autres jeunes en cours de route : Gaël Arend à Martelange, Thomas Meunier à Bastogne. J'ai usé plus d'une voiture entre les Ardennes et le Standard. Durant les trajets, les jeunes étudiaient, mangeaient, se reposaient. Si c'était à refaire, j'hésiterais..." Anthony Moris et sa famille sont récompensés. Le jeune homme avait fait quelques apparitions en championnat cette saison et surtout en Europa League contre Copenhague. Excellent dans les airs, rapide au sol, doté d'un dégagement précis, il a évidemment progressé au contact de Sinan Bolat qui partira en été. Moris sera le numéro 1 la saison prochaine. "Tout le monde est heureux pour lui" dit Jojo. "Il est solide mais ces cinq derniers matchs des play-offs 1 recèlent des dangers car le Standard est décimé." Hier, Moris était nominé au "Mérite sportif luxembourgeois", distinction remise à Thomas Meunier. "Ces deux grands amis se retrouveront le 1er mai à l'occasion de Club Bruges-Standard", explique Jojo. "Anthony s'est promis de tout arrêter et Thomas a relevé le défi. Après les PO1, ils partiront en vacances avec un autre Ardennais de D1 : Guillaume François du Beerschot." Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine