A terme, le Standard, qui a beaucoup misé sur eux, voudra monnayer leur talent. Mais monnayer ne veut pas dire brader. Cette saison, comme le Standard n'évoluait pas en Coupe d'Europe, le prix de Michy Batshuayi et d'Imoh Ezekiel ne se sera pas envolé.

Surtout celui de Batshuayi, évalué actuellement à deux millions d'euros. Son caractère et son côté ingérable, comme ses statistiques moindres que celles de 2011-2012, bloquent certains clubs intéressés. En Angleterre, notamment, les clubs étudient la mentalité du joueur. Un club comme WBA est fortement déçu du comportement de Yassine El Ghanassy et certains scouts ont été tancés de ne pas avoir mentionné plus de choses sur son caractère dans leur rapport.

L'éviction de Batshuayi du noyau Espoirs a fait l'objet d'une forte publicité et a certainement nuit à son image. Son avenir s'inscrira donc plus que vraisemblablement au Standard, le temps de se refaire une virginité.

Quant à Ezekiel, il n'a que 19 ans et ses conseillers lui répètent de ne pas brûler les étapes et de rester en Belgique (et prioritairement au Standard). Son prix est actuellement évalué entre 3 et 4 millions d'euros et le Standard compte bien le vendre à prix fort. D'où la volonté de la direction liégeoise de le conserver.

Elle a d'ailleurs refusé des offres russe et ukrainienne en hiver (de 2,5 millions d'euros). Cependant, l'éventuel recul des ambitions sportives (comme la vente de William Vainqueur et d'autres cadres) pourrait freiner le jeune Ezekiel, qui aimerait disputer la Coupe d'Europe. Tout dépendra donc du destin européen du Standard.

Car, à l'affût, Anderlecht et Bruges pourraient très bien tirer les marrons du feu.

De plus, il se chuchote qu'il ne serait pas contre une revalorisation de contrat (lui qui a prolongé en cours de saison jusqu'en 2017), plus proche de son statut de deuxième meilleur joueur de la saison. Car il gagne cinq fois moins que le capitaine Jelle Van Damme !

Cependant, son passeport actuel demeure un frein à un transfert en Europe et ne lui ouvre que les portes des pays exotiques, destinations qu'il refuse à 19 ans. C'est également pour cette raison qu'il pourrait encore rester en Belgique, afin d'effectuer les démarches nécessaires pour obtenir la nationalité belge. De quoi lui ouvrir les portes de l'Angleterre mais également de la sélection belge où, en attaque, il n'y a aucun joueur de son profil.

Par Pierre Bilic et Stéphane Vande Velde

Retrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine

A terme, le Standard, qui a beaucoup misé sur eux, voudra monnayer leur talent. Mais monnayer ne veut pas dire brader. Cette saison, comme le Standard n'évoluait pas en Coupe d'Europe, le prix de Michy Batshuayi et d'Imoh Ezekiel ne se sera pas envolé.Surtout celui de Batshuayi, évalué actuellement à deux millions d'euros. Son caractère et son côté ingérable, comme ses statistiques moindres que celles de 2011-2012, bloquent certains clubs intéressés. En Angleterre, notamment, les clubs étudient la mentalité du joueur. Un club comme WBA est fortement déçu du comportement de Yassine El Ghanassy et certains scouts ont été tancés de ne pas avoir mentionné plus de choses sur son caractère dans leur rapport. L'éviction de Batshuayi du noyau Espoirs a fait l'objet d'une forte publicité et a certainement nuit à son image. Son avenir s'inscrira donc plus que vraisemblablement au Standard, le temps de se refaire une virginité. Quant à Ezekiel, il n'a que 19 ans et ses conseillers lui répètent de ne pas brûler les étapes et de rester en Belgique (et prioritairement au Standard). Son prix est actuellement évalué entre 3 et 4 millions d'euros et le Standard compte bien le vendre à prix fort. D'où la volonté de la direction liégeoise de le conserver.Elle a d'ailleurs refusé des offres russe et ukrainienne en hiver (de 2,5 millions d'euros). Cependant, l'éventuel recul des ambitions sportives (comme la vente de William Vainqueur et d'autres cadres) pourrait freiner le jeune Ezekiel, qui aimerait disputer la Coupe d'Europe. Tout dépendra donc du destin européen du Standard.Car, à l'affût, Anderlecht et Bruges pourraient très bien tirer les marrons du feu. De plus, il se chuchote qu'il ne serait pas contre une revalorisation de contrat (lui qui a prolongé en cours de saison jusqu'en 2017), plus proche de son statut de deuxième meilleur joueur de la saison. Car il gagne cinq fois moins que le capitaine Jelle Van Damme ! Cependant, son passeport actuel demeure un frein à un transfert en Europe et ne lui ouvre que les portes des pays exotiques, destinations qu'il refuse à 19 ans. C'est également pour cette raison qu'il pourrait encore rester en Belgique, afin d'effectuer les démarches nécessaires pour obtenir la nationalité belge. De quoi lui ouvrir les portes de l'Angleterre mais également de la sélection belge où, en attaque, il n'y a aucun joueur de son profil.Par Pierre Bilic et Stéphane Vande VeldeRetrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine