Les deux hommes se connaissent. Lucescu a lancé Rednic à Hunedoara. "Là, je ne le cache pas : j'étais un privilégié.", rappelle de temps en temps le revenant liégeois. "J'ai gravi les échelons de la société grâce au football. A Hunedoara, j'avais décroché un diplôme d'ingénieur métallurgique mais c'est le foot qui m'a permis de mener une existence intéressante.

Puis, à Bucarest, j'ai découvert l'ambiance des grandes villes. Hunedoara joua en Coupe d'Europe mais tout était plus performant avec Dinamo. J'avais touché 3.000 dollars pour ce transfert à Bucarest. Une véritable petite fortune à l'époque. Appartement, voiture : je vivais bien."

Ce sont des chiffes d'une autre époque, celle où Rednic mérita ses 88 caps d'international, sa présence au Mondial 82, à l'Euro 84, au Mondial 90, deux titres nationaux, deux Coupes de Roumanie, deux demi-finales européennes contre Liverpool en C1 (85) et face à Anderlecht en C2 (90).

Contre les Mauves, Lucescu gifla une jeune star, Florin Raducioiu, à Bucarest, sous le regard de 50.000 spectateurs. "On n'en fit pas un plat chez nous", nous déclara un jour Rednic qui prit part à cette rencontre. "Raducioiu avait "touché" l'arbitre et risquait de gros problèmes pour la suite de sa carrière. C'était avant tout une affaire de discipline personnelle et Lucescu était très pointilleux à ce propos."

Les Standarmen sont prévenus : le souriant Rednic était le protégé de Lucescu.

Pierre Bilic

Les deux hommes se connaissent. Lucescu a lancé Rednic à Hunedoara. "Là, je ne le cache pas : j'étais un privilégié.", rappelle de temps en temps le revenant liégeois. "J'ai gravi les échelons de la société grâce au football. A Hunedoara, j'avais décroché un diplôme d'ingénieur métallurgique mais c'est le foot qui m'a permis de mener une existence intéressante. Puis, à Bucarest, j'ai découvert l'ambiance des grandes villes. Hunedoara joua en Coupe d'Europe mais tout était plus performant avec Dinamo. J'avais touché 3.000 dollars pour ce transfert à Bucarest. Une véritable petite fortune à l'époque. Appartement, voiture : je vivais bien." Ce sont des chiffes d'une autre époque, celle où Rednic mérita ses 88 caps d'international, sa présence au Mondial 82, à l'Euro 84, au Mondial 90, deux titres nationaux, deux Coupes de Roumanie, deux demi-finales européennes contre Liverpool en C1 (85) et face à Anderlecht en C2 (90). Contre les Mauves, Lucescu gifla une jeune star, Florin Raducioiu, à Bucarest, sous le regard de 50.000 spectateurs. "On n'en fit pas un plat chez nous", nous déclara un jour Rednic qui prit part à cette rencontre. "Raducioiu avait "touché" l'arbitre et risquait de gros problèmes pour la suite de sa carrière. C'était avant tout une affaire de discipline personnelle et Lucescu était très pointilleux à ce propos." Les Standarmen sont prévenus : le souriant Rednic était le protégé de Lucescu. Pierre Bilic