La pression est toujours palpable au Standard. Pour sa présentation officielle, le nouvel entraîneur, Guy Luzon, a été chaudement accueilli à l'Académie Louis-Dreyfus par des supporters qui continuent à dénoncer le 'système Duchâtelet'.

Profitant de l'entrée des journalistes sur le site, une trentaine de supporters qui se trouvaient embusqués ont déferlé vers la salle de presse. A son arrivée, en compagnie du directeur sportif Jean-François de Sart, Guy Luzon s'est fait copieusement insulter, un peu comme l'avait été le président Roland Duchâtelet la semaine dernière à Sclessin. Malgré l'arrivée de stewards, les manifestants ont lancé des pétards et ils ont frappé les fenêtres de la salle de presse. Lorsque Guy Luzon s'est retiré pour rejoindre le "bloc pro", il a encore été pris -verbalement- à partie par les "Supporters", qui sont ensuite descendus sur Sclessin pour poursuivre leur manifestation "anti-Luzon, anti-Duchâtelet".

Luzon: "ce qui doit nous réunir, c'est la réussite collective"

Lors de la conférence de presse, l'Israélien a joué la carte de l'apaisement avec les fans rouches. "J'ai visionné tous les matches disputés par les Liégeois la saison dernière. A chaque fois, j'ai été touché par l'incroyable ferveur qui se dégage du stade de Sclessin. J'en avais des frissons. Pouvoir s'appuyer sur de tels supporters, c'est magnifique. Je comprends les tensions tournant autour du club mais ce qui doit nous réunir, c'est la réussite collective", a-t-il commenté. Et d'ajouter: "je respecte Rednic mais je suis déterminé pour apporter tout mon savoir-faire afin d'exploiter au mieux le potentiel de l'équipe." Luzon s'est même dit prêt à rencontrer les supporters: "cela ne me poserait aucun problème (...). Nous avons besoin de leur soutien."

Quant à l'énorme pression qui pèse désormais sur ses épaules, le coach israélien ne s'en inquiète pas outre mesure. "La pression c'est mon 2e nom. Celui qui ne veut pas travailler sous pression doit chercher un autre travail."

Pour la saison prochaine, Guy Luzon n'a pas fait du mercato une étape clé de la préparation. "J'espère que nous pourrons garder l'effectif au complet, ce serait selon moi le meilleur renfort possible. Nous avons une équipe prometteuse entre les mains et je place beaucoup d'espoirs dans le duo Michy - Ezekiel. C'est le meilleur duo possible à l'avant."

Et Luzon de conclure: "Les supporters veulent voir une équipe offensive, bien organisée, avec du caractère. C'est ce que nous allons leur montrer.Je prône un football de pression. Haut et puissant, qui ne laisse pas respirer l'adversaire. Je demande de l'organisation à mes joueurs, ainsi que de la discipline. Par son passé, son aura, son impact, le Standard a le devoir de toujours se situer parmi les trois meilleurs du pays."

La pression est toujours palpable au Standard. Pour sa présentation officielle, le nouvel entraîneur, Guy Luzon, a été chaudement accueilli à l'Académie Louis-Dreyfus par des supporters qui continuent à dénoncer le 'système Duchâtelet'.Profitant de l'entrée des journalistes sur le site, une trentaine de supporters qui se trouvaient embusqués ont déferlé vers la salle de presse. A son arrivée, en compagnie du directeur sportif Jean-François de Sart, Guy Luzon s'est fait copieusement insulter, un peu comme l'avait été le président Roland Duchâtelet la semaine dernière à Sclessin. Malgré l'arrivée de stewards, les manifestants ont lancé des pétards et ils ont frappé les fenêtres de la salle de presse. Lorsque Guy Luzon s'est retiré pour rejoindre le "bloc pro", il a encore été pris -verbalement- à partie par les "Supporters", qui sont ensuite descendus sur Sclessin pour poursuivre leur manifestation "anti-Luzon, anti-Duchâtelet".Luzon: "ce qui doit nous réunir, c'est la réussite collective"Lors de la conférence de presse, l'Israélien a joué la carte de l'apaisement avec les fans rouches. "J'ai visionné tous les matches disputés par les Liégeois la saison dernière. A chaque fois, j'ai été touché par l'incroyable ferveur qui se dégage du stade de Sclessin. J'en avais des frissons. Pouvoir s'appuyer sur de tels supporters, c'est magnifique. Je comprends les tensions tournant autour du club mais ce qui doit nous réunir, c'est la réussite collective", a-t-il commenté. Et d'ajouter: "je respecte Rednic mais je suis déterminé pour apporter tout mon savoir-faire afin d'exploiter au mieux le potentiel de l'équipe." Luzon s'est même dit prêt à rencontrer les supporters: "cela ne me poserait aucun problème (...). Nous avons besoin de leur soutien." Quant à l'énorme pression qui pèse désormais sur ses épaules, le coach israélien ne s'en inquiète pas outre mesure. "La pression c'est mon 2e nom. Celui qui ne veut pas travailler sous pression doit chercher un autre travail." Pour la saison prochaine, Guy Luzon n'a pas fait du mercato une étape clé de la préparation. "J'espère que nous pourrons garder l'effectif au complet, ce serait selon moi le meilleur renfort possible. Nous avons une équipe prometteuse entre les mains et je place beaucoup d'espoirs dans le duo Michy - Ezekiel. C'est le meilleur duo possible à l'avant." Et Luzon de conclure: "Les supporters veulent voir une équipe offensive, bien organisée, avec du caractère. C'est ce que nous allons leur montrer.Je prône un football de pression. Haut et puissant, qui ne laisse pas respirer l'adversaire. Je demande de l'organisation à mes joueurs, ainsi que de la discipline. Par son passé, son aura, son impact, le Standard a le devoir de toujours se situer parmi les trois meilleurs du pays."