La prestation demandera évidemment confirmation, et nonante minutes sont insuffisantes pour juger du réel impact qu'aura le changement de règne sur le banc rouche, mais le Standard s'est montré avec un visage neuf contre Waasland-Beveren. La preuve en une série de cinq chiffres, qui sont peut-être les premiers indicateurs de nouvelles tendances.
...

La prestation demandera évidemment confirmation, et nonante minutes sont insuffisantes pour juger du réel impact qu'aura le changement de règne sur le banc rouche, mais le Standard s'est montré avec un visage neuf contre Waasland-Beveren. La preuve en une série de cinq chiffres, qui sont peut-être les premiers indicateurs de nouvelles tendances.Le nombre de dribbles réussis par Mehdi Carcela, aligné dans le couloir droit avec le brassard de capitaine. Souvent à l'intérieur du jeu, afin de libérer le flanc pour les montées d'Hugo Siquet, l'international marocain était moins dribbleur qu'à sa grande époque, mais plutôt meneur de jeu excentré, à l'image de ce que peuvent faire des joueurs comme Geoffry Hairemans à Malines ou Xavier Mercier à Louvain. Son futur passe sans doute par là.Le doublé réalisé par Selim Amallah est le premier d'un joueur du Standard cette saison en championnat. L'ancien Hurlu avait déjà réussi à frapper deux fois depuis l'été, mais c'était en Coupe d'Europe, contre Fehervar (deux penalties). Pour retrouver la trace d'un doublé d'un Rouche en championnat, il faut remonter au 6 octobre 2019, quand Renaud Emond avait fait trembler à deux reprises les filets de Sinan Bolat pour permettre aux hommes de Michel Preud'homme de revenir avec un point du Bosuil.Auteur de l'ouverture du score sur coup franc, Selim Amallah a mis fin du même coup à une autre longue série. Depuis le 17 août, et une victoire du Standard à Beveren, les Rouches n'avaient plus marqué depuis l'extérieur de la surface. Ce jour-là, c'était déjà l'international marocain qui avait trouvé la cible à distance. Une curiosité alors que l'an dernier, le Standard était la référence nationale à distance, avec treize buts en vingt-neuf journées de championnat.Le pourcentage de passes longues jouées par le Standard contre les Waeslandiens, avec un soin méticuleux accordé à la relance depuis l'arrière. "Sous pression, il ne fallait pas jouer long et essayer de ressortir en cherchant la deuxième zone", précise d'ailleurs Mbaye Leye après la rencontre. Cette saison, jamais encore les Liégeois n'avaient eu recours aussi rarement à la passe longue (souvent utilisée par un Kostas Laifis absent pour la reprise).Emmenés par un Hugo Siquet très en verve (six centres réussis en neuf tentatives), les hommes de Mbaye Leye ont réussi 60% de leurs centres (9/15). Une rareté dans le ciel de Sclessin, qui a pris la mauvaise habitude de voir les ballons partir des flancs sans trouver leur cible. Pour retrouver un tel taux de réussite, il faut d'ailleurs remonter jusqu'au 10 mai 2019, lors d'un match de play-offs 1 face à Gand.