Le Standard n'a toujours pas digéré le vilain geste de Bjorn Ruytinx. Dans un communiqué paru sur son site internet, le Standard de Liège explique que le geste de Ruytinx peut être qualifié de "crime".

"Le football est un spectacle qui n'est pas sans danger pour les acteurs, c'est pourquoi les actions qui peuvent engendrer des blessures auprès d'autres acteurs sont sanctionnées de cartes jaunes ou rouges. Si une action de jeu engendre une blessure importante auprès d'un autre acteur, ceci est à juste titre considéré comme un accident, comme cela peut également se produire dans d'autres spectacles à risque. Cet état de fait est accepté par le Standard et par Mehdi Carcela, comme en atteste l'attitude du club et du joueur lorsque celui-ci a été blessé par le joueur Mavinga il y a maintenant presque trois ans. Il s'agissait alors d'un accident. Cependant, en ce qui concerne le geste et l'attitude de Monsieur Ruytinx, il ne s'agit pas, selon nous, d'un accident mais d'une agression volontaire. L'action étant préméditée et délibérée, cela peut juridiquement être qualifié de crime."

Le club explique également que cette blessure a des retombées économiques importantes.

"[...] Partons d'une valeur de "100%" du joueur. Il est facile de concevoir que la valeur du joueur n'augmente pas. Il est plus difficile d'évaluer la moins-value. L'on peut s'imaginer que 10 lésions de cette gravité conduiraient certainement à une diminution des qualités de ce joueur de sorte à ce que, si déjà il pourrait encore joueur au football, ce ne serait plus dans un club du top, donc il aurait perdu toute sa valeur de revente. Un dixième de moins-value représente un montant de "10 %" dans le chef du club. Le joueur lui, dans la même logique, voit sa possibilité de prétendre à un salaire important lors d'un transfert ultérieur, diminuer.

Le football, qui comporte aujourd'hui une dimension économique qui ne peut être ignorée, doit également rester sport et un jeu dans lequel les menaces et les agressions volontaires n'ont pas leur place et ne peuvent être tolérées. Si les instances disciplinaires ne sont pas en mesure de faire respecter ce principe et de protéger ainsi les joueurs, il convient de se tourner vers d'autres instances.
Ainsi, parce qu'il ne s'agissait pas d'un accident mais d'une agression préméditée, le Standard de Liège et Mehdi Carcela ont décidé conjointement d'engager une procédure civile à l'encontre de Mr Ruytinx et du club d'OHL afin de voir reconnaitre ce principe et afin d'obtenir réparation du dommage subi."

En football, il n'y a pas que sur le terrain qu'il n'y a pas de trêve de Noël.

Le Standard n'a toujours pas digéré le vilain geste de Bjorn Ruytinx. Dans un communiqué paru sur son site internet, le Standard de Liège explique que le geste de Ruytinx peut être qualifié de "crime". "Le football est un spectacle qui n'est pas sans danger pour les acteurs, c'est pourquoi les actions qui peuvent engendrer des blessures auprès d'autres acteurs sont sanctionnées de cartes jaunes ou rouges. Si une action de jeu engendre une blessure importante auprès d'un autre acteur, ceci est à juste titre considéré comme un accident, comme cela peut également se produire dans d'autres spectacles à risque. Cet état de fait est accepté par le Standard et par Mehdi Carcela, comme en atteste l'attitude du club et du joueur lorsque celui-ci a été blessé par le joueur Mavinga il y a maintenant presque trois ans. Il s'agissait alors d'un accident. Cependant, en ce qui concerne le geste et l'attitude de Monsieur Ruytinx, il ne s'agit pas, selon nous, d'un accident mais d'une agression volontaire. L'action étant préméditée et délibérée, cela peut juridiquement être qualifié de crime." Le club explique également que cette blessure a des retombées économiques importantes. "[...] Partons d'une valeur de "100%" du joueur. Il est facile de concevoir que la valeur du joueur n'augmente pas. Il est plus difficile d'évaluer la moins-value. L'on peut s'imaginer que 10 lésions de cette gravité conduiraient certainement à une diminution des qualités de ce joueur de sorte à ce que, si déjà il pourrait encore joueur au football, ce ne serait plus dans un club du top, donc il aurait perdu toute sa valeur de revente. Un dixième de moins-value représente un montant de "10 %" dans le chef du club. Le joueur lui, dans la même logique, voit sa possibilité de prétendre à un salaire important lors d'un transfert ultérieur, diminuer. Le football, qui comporte aujourd'hui une dimension économique qui ne peut être ignorée, doit également rester sport et un jeu dans lequel les menaces et les agressions volontaires n'ont pas leur place et ne peuvent être tolérées. Si les instances disciplinaires ne sont pas en mesure de faire respecter ce principe et de protéger ainsi les joueurs, il convient de se tourner vers d'autres instances. Ainsi, parce qu'il ne s'agissait pas d'un accident mais d'une agression préméditée, le Standard de Liège et Mehdi Carcela ont décidé conjointement d'engager une procédure civile à l'encontre de Mr Ruytinx et du club d'OHL afin de voir reconnaitre ce principe et afin d'obtenir réparation du dommage subi." En football, il n'y a pas que sur le terrain qu'il n'y a pas de trêve de Noël.