C'est possible. Le club semble sur le point de subir une saignée. Roland Duchâtelet a toutefois rassuré ses cadres, dont Jelle Van Damme, leur disant en substance : "Tous les partants seront bien remplacés."

Donc, les départs de Batshuayi à Marseille (7 millions) et de Vainqueur au Dinamo Moscou (idem) ne seront pas les derniers. Kanu a cassé son contrat. C'est la fin d'un long "je t'aime, moi non plus". Pendant tout son séjour, il a enchaîné les menaces de départ par la force, les coups de blues, les flirts avec Anderlecht, les pétages de plomb sur la pelouse, les incartades en dehors,... Il y a un an, il avait menacé de claquer la porte en utilisant la loi de 1978. Cette fois, il est passé à l'acte.

"Le Standard de Liège est choqué par l'attitude du joueur", a publié le club. "Tout au long de son passage, le club a tout fait pour aider Kanu et sa famille à se sentir bien, allant notamment jusqu'à organiser trois déménagements successifs pour qu'il trouve une maison à sa guise." L'année dernière, le Standard avait négocié une prolongation de contrat avec Kanu mais aucun accord n'avait finalement été trouvé.

Son coup de force peut-il l'amener à Anderlecht ? On n'y croit pas, vu le gentlemen's agreement entre clubs belges pour ne pas engager un joueur qui a rompu son contrat de manière unilatérale. Ce n'est qu'un accord verbal, on sait ce que ça vaut, mais on n'imagine pas qu'Anderlecht puisse le trahir. Question d'image.

Standard, terre de septante-huitards A Sclessin, le recours à la loi de 78 est un refrain pénible. On commence à ne plus compter les joueurs qui ont brandi cette menace. Plus que dans n'importe quel autre club belge. Il y a un an, c'était Vainqueur. Lui aussi était passé à l'acte, il avait cassé son contrat. Avant de prolonger. Les avocats de Duchâtelet avaient relevé que la rupture du Français n'avait pas été faite dans les règles, il en avait profité pour le rappeler à la table des négociations et ils avaient donc fini par s'entendre. Vainqueur n'était d'ailleurs pas fier de lui, après coup. Quand on lui avait posé des questions sur son geste, en interview, quelques semaines plus tard, il s'était un peu énervé ! Plus trop envie de revenir là-dessus...

Dans le passé, Imoh Ezekiel avait lui aussi menacé d'utiliser cette loi qui n'appartient qu'à nous. Simplement pour mettre la pression sur la direction et obtenir une revalorisation. Et plus récemment encore, c'est Batshuayi qui avait brandi l'arme. En janvier, le Standard publiait ceci sur son site : "Monsieur Henrotay tente de convaincre Michy de rompre son contrat avec le Standard alors que celui-ci a été récemment réévalué et prolongé." Batshuayi n'était pas allé au bout de ses menaces.

Reste qu'on commence à s'inquiéter à propos du noyau pour la nouvelle saison. Vainqueur, Batshuayi, Opare et Kanu sont donc out, c'est fait. Le Standard annonce de l'intérêt pour Ezekiel, ça sent donc le départ. Et Laurent Ciman fait savoir qu'il envisageait de changer d'air. Ça fait un paquet de titulaires de la saison dernière. Et la saison commence demain ! Encore ceci... Comment régler rapidement l'arrivée de nouveaux joueurs alors que Jean-François de Sart a été dégommé et que personne ne l'a remplacé ?

Pierre Danvoye

C'est possible. Le club semble sur le point de subir une saignée. Roland Duchâtelet a toutefois rassuré ses cadres, dont Jelle Van Damme, leur disant en substance : "Tous les partants seront bien remplacés." Donc, les départs de Batshuayi à Marseille (7 millions) et de Vainqueur au Dinamo Moscou (idem) ne seront pas les derniers. Kanu a cassé son contrat. C'est la fin d'un long "je t'aime, moi non plus". Pendant tout son séjour, il a enchaîné les menaces de départ par la force, les coups de blues, les flirts avec Anderlecht, les pétages de plomb sur la pelouse, les incartades en dehors,... Il y a un an, il avait menacé de claquer la porte en utilisant la loi de 1978. Cette fois, il est passé à l'acte. "Le Standard de Liège est choqué par l'attitude du joueur", a publié le club. "Tout au long de son passage, le club a tout fait pour aider Kanu et sa famille à se sentir bien, allant notamment jusqu'à organiser trois déménagements successifs pour qu'il trouve une maison à sa guise." L'année dernière, le Standard avait négocié une prolongation de contrat avec Kanu mais aucun accord n'avait finalement été trouvé. Son coup de force peut-il l'amener à Anderlecht ? On n'y croit pas, vu le gentlemen's agreement entre clubs belges pour ne pas engager un joueur qui a rompu son contrat de manière unilatérale. Ce n'est qu'un accord verbal, on sait ce que ça vaut, mais on n'imagine pas qu'Anderlecht puisse le trahir. Question d'image. Standard, terre de septante-huitards A Sclessin, le recours à la loi de 78 est un refrain pénible. On commence à ne plus compter les joueurs qui ont brandi cette menace. Plus que dans n'importe quel autre club belge. Il y a un an, c'était Vainqueur. Lui aussi était passé à l'acte, il avait cassé son contrat. Avant de prolonger. Les avocats de Duchâtelet avaient relevé que la rupture du Français n'avait pas été faite dans les règles, il en avait profité pour le rappeler à la table des négociations et ils avaient donc fini par s'entendre. Vainqueur n'était d'ailleurs pas fier de lui, après coup. Quand on lui avait posé des questions sur son geste, en interview, quelques semaines plus tard, il s'était un peu énervé ! Plus trop envie de revenir là-dessus... Dans le passé, Imoh Ezekiel avait lui aussi menacé d'utiliser cette loi qui n'appartient qu'à nous. Simplement pour mettre la pression sur la direction et obtenir une revalorisation. Et plus récemment encore, c'est Batshuayi qui avait brandi l'arme. En janvier, le Standard publiait ceci sur son site : "Monsieur Henrotay tente de convaincre Michy de rompre son contrat avec le Standard alors que celui-ci a été récemment réévalué et prolongé." Batshuayi n'était pas allé au bout de ses menaces. Reste qu'on commence à s'inquiéter à propos du noyau pour la nouvelle saison. Vainqueur, Batshuayi, Opare et Kanu sont donc out, c'est fait. Le Standard annonce de l'intérêt pour Ezekiel, ça sent donc le départ. Et Laurent Ciman fait savoir qu'il envisageait de changer d'air. Ça fait un paquet de titulaires de la saison dernière. Et la saison commence demain ! Encore ceci... Comment régler rapidement l'arrivée de nouveaux joueurs alors que Jean-François de Sart a été dégommé et que personne ne l'a remplacé ? Pierre Danvoye