Sclessin connaîtra-t-il une soirée agitée ? En tous cas, la défaite face au NK Rijeka est interdite pour Guy Luzon et ses joueurs. Après un piètre début de championnat (NDLR : 13e avec 8 points sur 21) et une non-qualification pour la Ligue des Champions, qui était un des objectifs du coach israélien, le Standard doit prouver à ses supporters qu'il a encore des ressources.

Dans cette optique, la rencontre d'Europa League tombe à pic pour les Rouches, après la claque prise en championnat face à Ostende samedi passé (3-5). Face à un adversaire abordable sur le papier, la priorité sera de se rassurer et d'assurer le spectacle pour les supporters. Mais Ivan Vukomanovic, l'adjoint de Luzon, met tout de même en garde ses joueurs. "Rijeka évolue avec le même groupe depuis 2 ans et demi environ, ils se connaissent donc bien. C'est une équipe disciplinée, bien organisée et qui aime dominer. On devra donc être vigilant ". Le NK Rijeka a terminé 2e de la Division 1 croate la saison passée, derrière le Dinamo Zagreb.

"Le Standard est le favori du groupe"

En conférence de presse, l'entraîneur slovène de Rijeka, Matjaz Kek, a placé le Standard comme favori du groupe. Une déclaration qui a de quoi étonner, étant donné que le FC Séville, également dans ce groupe G, n'est autre que le tenant du titre de la compétition. Un avis que l'entraîneur assume pleinement. "Oui, le Standard est bien le favori. Je ne vais pas me laisser berner par ses derniers résultats. Séville a perdu beaucoup d'éléments importants. Le Standard est beaucoup plus stable. J'ai été très impressionné par les productions offertes par le Standard contre le Panathinaikos et le Zenit Saint-Pétersbourg".

Matjaz Kek parle de stabilité, un mot qui est pourtant loin de correspondre à la situation actuelle en bord de Meuse. Le Standard peine en championnat car il a tardé à remplacer ses joueurs-cadres. Le président Roland Duchatelet savait depuis bien longtemps que William Vainqueur, Michy Basthuayi et Imoh Ezekiel allaient quitter le club. " Je vous promets une équipe compétitive cette saison et on sera dans le top 3 ", avait-il promis en août dernier à la Famille des Rouches, qui fédère les clubs de supporters du Standard. Mais c'est pourtant dans les dernières heures du mercato d'été que la plupart des renforts sont arrivés, alors que 6 journées de championnat s'étaient déjà écoulées. "L'effectif est bon, mais il n'est pas encore prêt", tempère Ivan Vukomanovic. "La plupart des joueurs sont arrivés en fin de mercato, et les matches internationaux ne nous ont pas facilité la tâche. Ça ne fait donc qu'une semaine d'entraînement avec le groupe, ce qui est assez peu. On est clairement en retard dans notre préparation".

Des supporters en colère

Par ailleurs, les relations entre la direction du Standard et ses supporters ne font qu'empirer depuis des semaines. Pire, le dialogue semble rompu. On se souvient des actions musclées des supporters durant l'été 2013. À ce jour, c'est dans le calme que les fans réagissent. Les travées du stade Maurice Dufrasne devraient en effet être bien vides ce soir. Seuls 9000 tickets ont été vendus pour la rencontre.

On se souvient que lors de la saison passée le Standard avait totalement bâclé sa campagne européenne, pour se concentrer sur le championnat. Alors, les supporters ont-ils simplement peur du manque de spectacle ou en ont-ils vraiment ras-le-bol ? Quoi qu'il en soit, le capitaine des Rouches, Jelle Van Damme, comprend la situation. "La déception de nos fans est légitime. Cela ne marche pas pour l'instant, c'est vrai. Mais on va le faire, on va se bouger sur le terrain. On a de bons de joueurs et une équipe de qualité. J'y crois en tous cas". Réponse ce soir dès 21h05.

Sclessin connaîtra-t-il une soirée agitée ? En tous cas, la défaite face au NK Rijeka est interdite pour Guy Luzon et ses joueurs. Après un piètre début de championnat (NDLR : 13e avec 8 points sur 21) et une non-qualification pour la Ligue des Champions, qui était un des objectifs du coach israélien, le Standard doit prouver à ses supporters qu'il a encore des ressources.Dans cette optique, la rencontre d'Europa League tombe à pic pour les Rouches, après la claque prise en championnat face à Ostende samedi passé (3-5). Face à un adversaire abordable sur le papier, la priorité sera de se rassurer et d'assurer le spectacle pour les supporters. Mais Ivan Vukomanovic, l'adjoint de Luzon, met tout de même en garde ses joueurs. "Rijeka évolue avec le même groupe depuis 2 ans et demi environ, ils se connaissent donc bien. C'est une équipe disciplinée, bien organisée et qui aime dominer. On devra donc être vigilant ". Le NK Rijeka a terminé 2e de la Division 1 croate la saison passée, derrière le Dinamo Zagreb."Le Standard est le favori du groupe"En conférence de presse, l'entraîneur slovène de Rijeka, Matjaz Kek, a placé le Standard comme favori du groupe. Une déclaration qui a de quoi étonner, étant donné que le FC Séville, également dans ce groupe G, n'est autre que le tenant du titre de la compétition. Un avis que l'entraîneur assume pleinement. "Oui, le Standard est bien le favori. Je ne vais pas me laisser berner par ses derniers résultats. Séville a perdu beaucoup d'éléments importants. Le Standard est beaucoup plus stable. J'ai été très impressionné par les productions offertes par le Standard contre le Panathinaikos et le Zenit Saint-Pétersbourg".Matjaz Kek parle de stabilité, un mot qui est pourtant loin de correspondre à la situation actuelle en bord de Meuse. Le Standard peine en championnat car il a tardé à remplacer ses joueurs-cadres. Le président Roland Duchatelet savait depuis bien longtemps que William Vainqueur, Michy Basthuayi et Imoh Ezekiel allaient quitter le club. " Je vous promets une équipe compétitive cette saison et on sera dans le top 3 ", avait-il promis en août dernier à la Famille des Rouches, qui fédère les clubs de supporters du Standard. Mais c'est pourtant dans les dernières heures du mercato d'été que la plupart des renforts sont arrivés, alors que 6 journées de championnat s'étaient déjà écoulées. "L'effectif est bon, mais il n'est pas encore prêt", tempère Ivan Vukomanovic. "La plupart des joueurs sont arrivés en fin de mercato, et les matches internationaux ne nous ont pas facilité la tâche. Ça ne fait donc qu'une semaine d'entraînement avec le groupe, ce qui est assez peu. On est clairement en retard dans notre préparation".Des supporters en colèrePar ailleurs, les relations entre la direction du Standard et ses supporters ne font qu'empirer depuis des semaines. Pire, le dialogue semble rompu. On se souvient des actions musclées des supporters durant l'été 2013. À ce jour, c'est dans le calme que les fans réagissent. Les travées du stade Maurice Dufrasne devraient en effet être bien vides ce soir. Seuls 9000 tickets ont été vendus pour la rencontre.On se souvient que lors de la saison passée le Standard avait totalement bâclé sa campagne européenne, pour se concentrer sur le championnat. Alors, les supporters ont-ils simplement peur du manque de spectacle ou en ont-ils vraiment ras-le-bol ? Quoi qu'il en soit, le capitaine des Rouches, Jelle Van Damme, comprend la situation. "La déception de nos fans est légitime. Cela ne marche pas pour l'instant, c'est vrai. Mais on va le faire, on va se bouger sur le terrain. On a de bons de joueurs et une équipe de qualité. J'y crois en tous cas". Réponse ce soir dès 21h05.