Les cris stridents qui ont résonné dans l'enceinte vide de Sclessin laissaient peu de place au doute. Zinho Vanheusden a probablement disputé les dernières minutes de sa saison face à Ostende, et son Standard est désormais orphelin de son capitaine, et de l'atout majeur de la défense à trois installée depuis plusieurs semaines par Phi...

Les cris stridents qui ont résonné dans l'enceinte vide de Sclessin laissaient peu de place au doute. Zinho Vanheusden a probablement disputé les dernières minutes de sa saison face à Ostende, et son Standard est désormais orphelin de son capitaine, et de l'atout majeur de la défense à trois installée depuis plusieurs semaines par Philippe Montanier en Principauté. Une nouvelle fois, l'entraîneur français va devoir passer par la case bricolage. Peut-il encore poser ses fondations sur une ligne à trois défenseurs centraux, alors que les seuls profils de son noyau incontestablement aptes à occuper ces fonctions étaient tous les trois ensemble sur la pelouse pour terminer la rencontre face aux Côtiers? Arrivé de Paris l'hiver dernier, le jeune Moussa Sissako est désormais le quatrième homme dans la hiérarchie des centraux liégeois. Frappé par le Covid-19, le Malien n'a pas encore disputé la moindre minute sous le maillot rouche depuis son arrivée en bords de Meuse. Difficile, donc, d'estimer s'il pourrait être à la hauteur des exigences de Montanier. Le retour à une ligne de quatre pour protéger Arnaud Bodart semble être la solution la plus viable à long terme. Cela pourrait-il faire les affaires de deux des offensifs liégeois les plus décisifs? Samuel Bastien peine à se montrer à son avantage dans cette configuration à deux au milieu qui l'oblige à construire plus et à infiltrer moins, tandis que Selim Amallah cherche ses sensations quand on l'éloigne du poste de numéro 10 classique. Avec deux buts chacun, ils sont parmi les meilleurs buteurs liégeois en championnat. Et quand les buts se font rares, autant mettre ses atouts dans des conditions optimales.