Jo Vanhecke, qui dirige la cellule football du ministère de l'Intérieur, a confirmé ce vendredi midi à l'agence belga que tout sera mis en oeuvre pour être en mesure de poursuivre les "supporters" du Standard auteurs de troubles sérieux à l'issue du match de championnat de jeudi contre Lokeren (2-2) à Sclessin.

Un groupe d'une bonne vingtaine de personnes aux mauvaises intentions avait en effet tenté d'investir les bâtiments officiels et en particulier la salle de presse, endommageant gravement la porte d'entrée en verre du stade Maurice Dufrasne, pour réclamer la démission du coach du Standard Guy Luzon. Toute la scène a pu être filmée par les caméaras de la VRT (Sporza). "Ce sont évidemment des images précieuses qu'on ne manquera pas d'utiliser", souligne Jo Vanhecke.

Ces actes d'hooliganisme violent à l'évidence la loi football selon le fonctionnaire. "En particulier les articles 22 et 23 interdisant aux gens de se trouver ailleurs qu'aux endroits autorisés par leur ticket", précise-t-il. "Quand ils les quittent c'est d'ailleurs toujours pour causer des troubles", ajoute-t-il.

Une procédure judiciaire sera notamment engagée contre ceux qui s'en sont pris à la porte. "On va les identifier le plus vite possible, et ensuite les traîner devant le tribunal...", conclut en effet Jo Vanhecke.

Les hooligans, tous recouverts d'un capuchon, auraient par ailleurs aussi tenté de forcer la porte du vestiaire avant d'être bloqués.

Malgré ce nul contre les vainqueurs de la Coupe de Belgique, le Standard est toujours en tête du championnat. A six journées de la fin, les Rouches comptent un point d'avance sur le Club de Bruges, qu'ils rencontreront lundi.

Jo Vanhecke, qui dirige la cellule football du ministère de l'Intérieur, a confirmé ce vendredi midi à l'agence belga que tout sera mis en oeuvre pour être en mesure de poursuivre les "supporters" du Standard auteurs de troubles sérieux à l'issue du match de championnat de jeudi contre Lokeren (2-2) à Sclessin. Un groupe d'une bonne vingtaine de personnes aux mauvaises intentions avait en effet tenté d'investir les bâtiments officiels et en particulier la salle de presse, endommageant gravement la porte d'entrée en verre du stade Maurice Dufrasne, pour réclamer la démission du coach du Standard Guy Luzon. Toute la scène a pu être filmée par les caméaras de la VRT (Sporza). "Ce sont évidemment des images précieuses qu'on ne manquera pas d'utiliser", souligne Jo Vanhecke. Ces actes d'hooliganisme violent à l'évidence la loi football selon le fonctionnaire. "En particulier les articles 22 et 23 interdisant aux gens de se trouver ailleurs qu'aux endroits autorisés par leur ticket", précise-t-il. "Quand ils les quittent c'est d'ailleurs toujours pour causer des troubles", ajoute-t-il. Une procédure judiciaire sera notamment engagée contre ceux qui s'en sont pris à la porte. "On va les identifier le plus vite possible, et ensuite les traîner devant le tribunal...", conclut en effet Jo Vanhecke. Les hooligans, tous recouverts d'un capuchon, auraient par ailleurs aussi tenté de forcer la porte du vestiaire avant d'être bloqués. Malgré ce nul contre les vainqueurs de la Coupe de Belgique, le Standard est toujours en tête du championnat. A six journées de la fin, les Rouches comptent un point d'avance sur le Club de Bruges, qu'ils rencontreront lundi.