L'ancien dirigeant du Standard de Liège Luciano D'Onofrio et une vingtaine d'autres personnes, des ex-dirigeants du club liégeois, des agents de joueurs et des footballeurs ainsi que des personnes morales (des sociétés) avaient fait l'objet d'une décision de renvoi devant le tribunal correctionnel de Liège.

Plusieurs parties avaient fait appel de cette décision, de sorte que cela revenait à la chambre des mises en accusation de Liège de se prononcer sur le renvoi des différents inculpés devant le tribunal. Plusieurs dirigeants, managers et joueurs étaient encore concernés à ce stade de la procédure.

Parmi les inculpés concernés par la première ordonnance de renvoi, 9 personnes n'avaient pas fait appel de la décision. Dix autres personnes, dont Luciano D'Onofrio, et 3 sociétés avaient fait appel. Alphonse Costantin avait depuis lors accepté une transaction avec le parquet, tout comme Pierre François et Michel Preud'homme avant lui.

Finalement, la chambre des mises en accusation de Liège a ordonné le renvoi des derniers inculpés devant le tribunal correctionnel. Seules les personnes qui avaient négocié une transaction ne comparaîtront pas.

L'ancien dirigeant du Standard de Liège Luciano D'Onofrio et une vingtaine d'autres personnes, des ex-dirigeants du club liégeois, des agents de joueurs et des footballeurs ainsi que des personnes morales (des sociétés) avaient fait l'objet d'une décision de renvoi devant le tribunal correctionnel de Liège. Plusieurs parties avaient fait appel de cette décision, de sorte que cela revenait à la chambre des mises en accusation de Liège de se prononcer sur le renvoi des différents inculpés devant le tribunal. Plusieurs dirigeants, managers et joueurs étaient encore concernés à ce stade de la procédure. Parmi les inculpés concernés par la première ordonnance de renvoi, 9 personnes n'avaient pas fait appel de la décision. Dix autres personnes, dont Luciano D'Onofrio, et 3 sociétés avaient fait appel. Alphonse Costantin avait depuis lors accepté une transaction avec le parquet, tout comme Pierre François et Michel Preud'homme avant lui. Finalement, la chambre des mises en accusation de Liège a ordonné le renvoi des derniers inculpés devant le tribunal correctionnel. Seules les personnes qui avaient négocié une transaction ne comparaîtront pas.