91ème minute, un corner botté dans le tas, une situation assez confuse et le ballon arrive finalement dans les pieds de Okereke, qui pense avoir égalisé pour son équipe. Les Brugeois exultent, mais pas pour longtemps. Mr Verboomen annule très vite le but, pour une possible faute de main de Mignolet, monté pour cette ultime occasion. Mignolet et ses coéquipiers affluent immédiatement autour de l'arbitre, les joueurs du Standard s'en mêlent aussi. Mr Verboomen décide de consulter ses assistants, le but sera alors validé... avant d'être à nouveau refusé. Une situation délicate qui entrainera des altercations entre les joueurs des deux équipes, mais aussi entre les staffs respectifs.

Un souci d'équité

La rencontre s'est disputée sans le VAR, pourtant habituel en championnat, ce qui provoque beaucoup de discussions aujourd'hui. En réalité, l'absence du VAR est due à un souci d'équité, par rapport à une autre affiche des quarts de finale de Coupe de Belgique, Eupen-La Gantoise. Ce match ne pouvant pas être retransmis, à cause du manque de matériel pour filmer la rencontre, l'Union Belge a décidé de mettre toutes les équipes sur le même pied d'égalité.Et donc, aucune de ces rencontres n'ont pu bénéficier de la présence du VAR. L'entraineur brugeois, Philippe Clement, s'est plaint de cette décision après le match : "Je ne comprends pas l'absence du VAR. On est dans un gros match, entre le Standard et le Club de Bruges, deux des plus grands clubs de Belgique, et il n'y a pas le VAR parce qu'il n'y avait pas de caméras à Eupen. C'est incompréhensible. Nous sommes occupés à donner une bonne image du football belge, on essaie d'améliorer et puis il se passe cela. Ce n'est pas sérieux".

Après plusieurs ralentis sur le plateau de RTL, on constate que la faute de main de Mignolet est avérée et le but logiquement invalidé. Le Standard affrontera Eupen en demi-finale de Coupe de Belgique. En revanche, l'utilité du VAR et son utilisation irrégulière en Belgique n'ont pas fini d'animer les débats.

Vincent Attardo (st.)

91ème minute, un corner botté dans le tas, une situation assez confuse et le ballon arrive finalement dans les pieds de Okereke, qui pense avoir égalisé pour son équipe. Les Brugeois exultent, mais pas pour longtemps. Mr Verboomen annule très vite le but, pour une possible faute de main de Mignolet, monté pour cette ultime occasion. Mignolet et ses coéquipiers affluent immédiatement autour de l'arbitre, les joueurs du Standard s'en mêlent aussi. Mr Verboomen décide de consulter ses assistants, le but sera alors validé... avant d'être à nouveau refusé. Une situation délicate qui entrainera des altercations entre les joueurs des deux équipes, mais aussi entre les staffs respectifs.La rencontre s'est disputée sans le VAR, pourtant habituel en championnat, ce qui provoque beaucoup de discussions aujourd'hui. En réalité, l'absence du VAR est due à un souci d'équité, par rapport à une autre affiche des quarts de finale de Coupe de Belgique, Eupen-La Gantoise. Ce match ne pouvant pas être retransmis, à cause du manque de matériel pour filmer la rencontre, l'Union Belge a décidé de mettre toutes les équipes sur le même pied d'égalité.Et donc, aucune de ces rencontres n'ont pu bénéficier de la présence du VAR. L'entraineur brugeois, Philippe Clement, s'est plaint de cette décision après le match : "Je ne comprends pas l'absence du VAR. On est dans un gros match, entre le Standard et le Club de Bruges, deux des plus grands clubs de Belgique, et il n'y a pas le VAR parce qu'il n'y avait pas de caméras à Eupen. C'est incompréhensible. Nous sommes occupés à donner une bonne image du football belge, on essaie d'améliorer et puis il se passe cela. Ce n'est pas sérieux".Après plusieurs ralentis sur le plateau de RTL, on constate que la faute de main de Mignolet est avérée et le but logiquement invalidé. Le Standard affrontera Eupen en demi-finale de Coupe de Belgique. En revanche, l'utilité du VAR et son utilisation irrégulière en Belgique n'ont pas fini d'animer les débats.Vincent Attardo (st.)