Le 22 avril dernier, Sinan Bolat est blessé au genou droit contre Genk lors du premier match des PO1. Le ligament antérieur droit est touché. Au Standard, on affirme que toutes les parties concernées par le problème, y compris le joueur, sont d'accord pour ne pas passer par l'acte chirurgical. Le repos est parfois suffisant.

Le 11 juin 2012, Bolat est finalement opéré par le Docteur Declercq qui retape le ligament rompu. L'addition est lourde pour un joueur qui n'a plus qu'un an de contrat et qui rêve d'un transfert à l'étranger : perte de temps, six mois de revalidation.

Récemment, le Standard précise que "Bolat est autorisé à poursuivre sa revalidation dans un club intéressé par un transfert." Le Sun révèle qu'il s'agit de Fulham coaché par Martin Jol. La méthode est surprenante. A moins qu'un pré-accord ait été signé, ce que son agent, Kismet Eris (qui a transféré Christian Benteke à Aston Villa) dément : "Il n'y a rien du tout".

Si c'est le cas, le Standard prend des risques. Fulham est maître du jeu, peut exploiter l'état de santé du joueur pour faire baisser le prix. Au cas où Fulham ne le retiendrait pas, les autres clubs intéressés se méfieront, reverront le prix du transfert à la baisse en janvier, attendront qu'il soit libre en juin.

Acquis pour 125.000 euros à Genk, Bolat vaut tout au plus 500.000 euros actuellement (sans compter son contrat). Transféré par Lucien D'Onofrio, il n'a jamais bénéficié d'un salaire à la hauteur de son talent. A Sclessin, Jean-François de Sart n'exclut pas la possibilité d'une prolongation de contrat.

Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine

Le 22 avril dernier, Sinan Bolat est blessé au genou droit contre Genk lors du premier match des PO1. Le ligament antérieur droit est touché. Au Standard, on affirme que toutes les parties concernées par le problème, y compris le joueur, sont d'accord pour ne pas passer par l'acte chirurgical. Le repos est parfois suffisant. Le 11 juin 2012, Bolat est finalement opéré par le Docteur Declercq qui retape le ligament rompu. L'addition est lourde pour un joueur qui n'a plus qu'un an de contrat et qui rêve d'un transfert à l'étranger : perte de temps, six mois de revalidation. Récemment, le Standard précise que "Bolat est autorisé à poursuivre sa revalidation dans un club intéressé par un transfert." Le Sun révèle qu'il s'agit de Fulham coaché par Martin Jol. La méthode est surprenante. A moins qu'un pré-accord ait été signé, ce que son agent, Kismet Eris (qui a transféré Christian Benteke à Aston Villa) dément : "Il n'y a rien du tout". Si c'est le cas, le Standard prend des risques. Fulham est maître du jeu, peut exploiter l'état de santé du joueur pour faire baisser le prix. Au cas où Fulham ne le retiendrait pas, les autres clubs intéressés se méfieront, reverront le prix du transfert à la baisse en janvier, attendront qu'il soit libre en juin. Acquis pour 125.000 euros à Genk, Bolat vaut tout au plus 500.000 euros actuellement (sans compter son contrat). Transféré par Lucien D'Onofrio, il n'a jamais bénéficié d'un salaire à la hauteur de son talent. A Sclessin, Jean-François de Sart n'exclut pas la possibilité d'une prolongation de contrat. Pierre Bilic, Sport/Foot Magazine