Wagner a résumé les éléments contenus dans les rapports de l'arbitre Lambrechts et du match delegate. Ceux-ci ont signalé, en plus des moyens pyrotechniques lancés sur la pelouse, les dégâts à l'infrastructure du Standard ainsi que deux blessés, un supporter et un steward de l'équipe locale.

"Même si c'était une manière de critiquer, il n'y a pas d'excuse pour de tels actes", a déclaré Kris Wagner. "C'est un comportement antisocial, et je dirais même anti-football, car le football belge a été mal vu au-delà des frontières. Les auteurs ne sont pas de vrais amateurs de football selon moi."

Le procureur pointe également du doigt les clubs de football, qui selon lui "font peu pour éviter les grands dangers et les drames, comme les dommages à l'ouïe, les brûlures, les pertes de membre."

Wagner a suggéré d'engager des chiens renifleurs pour traquer le matériel pyrotechnique caché dans le stade. "C'est cher, mais la menace de se faire prendre aura un effet dissuasif. Le message fataliste, comme si les clubs ne pouvaient rien faire à ce sujet, n'a pas aidé le football belge."

Outre la défaite par forfait, un match à huis clos et une amende de 5.000 euros, le parquet de l'Union belge a également réclamé deux sanctions de sensibilisation pour Anderlecht. "Les moyens dont nous disposons pour punir ces faits sont répressifs, mais ils contiennent un élément préventif. Ils ont le pouvoir de changer la mentalité des supporters. La pression sociale peut avoir un effet sur les agitateurs. Par exemple, pourquoi les bons supporters ne prennent-ils pas en photo avec leur smartphone ces hooligans?"

Wagner a résumé les éléments contenus dans les rapports de l'arbitre Lambrechts et du match delegate. Ceux-ci ont signalé, en plus des moyens pyrotechniques lancés sur la pelouse, les dégâts à l'infrastructure du Standard ainsi que deux blessés, un supporter et un steward de l'équipe locale. "Même si c'était une manière de critiquer, il n'y a pas d'excuse pour de tels actes", a déclaré Kris Wagner. "C'est un comportement antisocial, et je dirais même anti-football, car le football belge a été mal vu au-delà des frontières. Les auteurs ne sont pas de vrais amateurs de football selon moi." Le procureur pointe également du doigt les clubs de football, qui selon lui "font peu pour éviter les grands dangers et les drames, comme les dommages à l'ouïe, les brûlures, les pertes de membre." Wagner a suggéré d'engager des chiens renifleurs pour traquer le matériel pyrotechnique caché dans le stade. "C'est cher, mais la menace de se faire prendre aura un effet dissuasif. Le message fataliste, comme si les clubs ne pouvaient rien faire à ce sujet, n'a pas aidé le football belge." Outre la défaite par forfait, un match à huis clos et une amende de 5.000 euros, le parquet de l'Union belge a également réclamé deux sanctions de sensibilisation pour Anderlecht. "Les moyens dont nous disposons pour punir ces faits sont répressifs, mais ils contiennent un élément préventif. Ils ont le pouvoir de changer la mentalité des supporters. La pression sociale peut avoir un effet sur les agitateurs. Par exemple, pourquoi les bons supporters ne prennent-ils pas en photo avec leur smartphone ces hooligans?"