Starring : Roger Claessen, Paul Van Himst

26/05/1965 / Standard - Anderlecht 2-3 / Coupe de Belgique, finale / Buts : 17' Paul Van Himst (0-1), 25' Roger Claessen (1-1), 27' Wilfried Puis (1-2), 51' Roger Claessen (2-2), 112' Paul Van Himst (2-3)

Première finale opposant les deux clubs. Première victoire d'Anderlecht en Coupe. Et premier doublé pour la maison mauve. Mais quel match ! Houleux d'un bout à l'autre. Avec un Roger Claessen qui justifie à fond son surnom de Roger-la-Honte. En début de prolongations, il marque son troisième but de la journée, c'est 3-2 pour les Rouches. En tout cas, Claessen le croit. Mais l'arbitre suit l'avis d'un de ses assistants, un certain Frans Van Hellemont, qui estime le goal non valable. La suite, ce sont deux versions qui s'opposent. Claessen se rue vers l'assistant et le touche. La version liégeoise : il frictionne le cuir chevelu de Van Hellemont et lui fait comprendre qu'il n'y a " pas grand-chose là-dedans. " La version du corps arbitral : Claessen a frappé l'homme. Il est exclu. Puis Paul Van Himst marque le but de la victoire. Puis Roger Claessen prend six mois de suspension...

Starring : Roger Claessen, Jean Cornelis, Roger Petit, Franz Lebrun

05/11/1967 / Standard - Anderlecht 0-0 / championnat

On est en pleine " anderlechtisation " du foot belge, pour reprendre l'expression de Roger Petit, le boss du Standard. Il reproche même à une partie de la presse de prendre systématiquement le pli des Mauves. Et quand il parle du jeu pratiqué par les Bruxellois, il parle carrément d'un " foot de tuberculeux. " Dans ce match, une phase va faire parler pour longtemps. Corner donné par Léon Semmeling, reprise de la tête de Roger Claessen, le gardien Jean Trappeniers est battu, le défenseur Jean Cornelis dégage le ballon. Pour l'arbitre, il n'est pas rentré dans le but. Mais Sport 67, ancêtre de Sport Foot Magazine, publie le document qui tue. Son photographe, Franz Lebrun, posté près de la cage, a le cliché montrant que la balle a bien passé la ligne avant l'intervention de Cornelis. Ça ne changera rien. Sauf que ça excitera encore un peu plus Roger Petit.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité des 10 clasicos de légende dans votre Sport/Foot Magazine