Dans le courant de l'année, les athlètes vont marquer des points en fonction des résultats qu'ils obtiendront. Plus une compétition sera importante, plus la récompense en termes de points sera conséquente. Ce système permettra d'établir un classement qui déterminera les athlètes qualifiés pour les Mondiaux 2019 à Doha et les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. "L'athlétisme est un sport très objectif, basé par exemple sur ton chrono. C'est vraiment dommage que l'on mette tout cela de côté", déplore Kevin Borlée. "Sur le 400m, il n'y a que huit couloirs et une compétition n'est pas l'autre. Comment vont-ils compter les points? Qui pourra participer aux meetings où il y aura le plus de points en jeu? De nos jours, on peut souvent voir que des manageurs font pression pour que leurs athlètes soient dans de bons couloirs. Les athlètes ne partiront pas tous sur un pied d'égalité", craint le Belge le plus rapide en 2017 sur le tour de piste. "Nous allons courir dans des conditions complètement différentes. Beaucoup d'athlètes vont devoir participer non-stop à des compétitions pour rassembler assez de points. Pourtant, nous sommes dans un sport où une préparation optimale est requise et où l'on travaille pour rejoindre un pic de forme à un moment donné. Et si l'on se blesse, il est très difficile de récupérer son retard de points", a conclu Kevin Borlée. (Belga)

Dans le courant de l'année, les athlètes vont marquer des points en fonction des résultats qu'ils obtiendront. Plus une compétition sera importante, plus la récompense en termes de points sera conséquente. Ce système permettra d'établir un classement qui déterminera les athlètes qualifiés pour les Mondiaux 2019 à Doha et les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. "L'athlétisme est un sport très objectif, basé par exemple sur ton chrono. C'est vraiment dommage que l'on mette tout cela de côté", déplore Kevin Borlée. "Sur le 400m, il n'y a que huit couloirs et une compétition n'est pas l'autre. Comment vont-ils compter les points? Qui pourra participer aux meetings où il y aura le plus de points en jeu? De nos jours, on peut souvent voir que des manageurs font pression pour que leurs athlètes soient dans de bons couloirs. Les athlètes ne partiront pas tous sur un pied d'égalité", craint le Belge le plus rapide en 2017 sur le tour de piste. "Nous allons courir dans des conditions complètement différentes. Beaucoup d'athlètes vont devoir participer non-stop à des compétitions pour rassembler assez de points. Pourtant, nous sommes dans un sport où une préparation optimale est requise et où l'on travaille pour rejoindre un pic de forme à un moment donné. Et si l'on se blesse, il est très difficile de récupérer son retard de points", a conclu Kevin Borlée. (Belga)