Pour couronner leur rêve, Koekelkoren (31 ans) en Van Walle (32 ans) doivent figurer dans le top 16 mondial. Dans le cas contraire, ils auront des chances d'être repêchés via la Continental Cup. Le duo belge occupe pour le moment le 23e rang mondial après une saison difficile, influencée par une blessure à l'épaule de Tom van Walle. Les deux hommes seront donc engagés dans une course-poursuite exigeante qu'ils veulent aborder avec optimisme. "La nouvelle saison débute en février et on veut immédiatement prester à un haut niveau", affirme Koekelkoren. "On veut tout de suite jouer au maximum de nos possibilités, et éviter d'utiliser les premiers tournois comme échauffement. Nous n'avons plus ce luxe." Désormais suivis par l'entraîneur néerlandais Michiel van der Kuip et par le coach mental Bert De Cuyper, les deux volleyeurs sentent que les choses ont changé. "Il y vraiment une grande différence avec les années précédentes. On est beaucoup mieux encadrés. Au niveau de la technique et du physique, on ne doit plus faire de grands pas en avant. Par contre, on doit encore apprendre à mieux lire certaines phases du match", explique van Walle. (Belga)

Pour couronner leur rêve, Koekelkoren (31 ans) en Van Walle (32 ans) doivent figurer dans le top 16 mondial. Dans le cas contraire, ils auront des chances d'être repêchés via la Continental Cup. Le duo belge occupe pour le moment le 23e rang mondial après une saison difficile, influencée par une blessure à l'épaule de Tom van Walle. Les deux hommes seront donc engagés dans une course-poursuite exigeante qu'ils veulent aborder avec optimisme. "La nouvelle saison débute en février et on veut immédiatement prester à un haut niveau", affirme Koekelkoren. "On veut tout de suite jouer au maximum de nos possibilités, et éviter d'utiliser les premiers tournois comme échauffement. Nous n'avons plus ce luxe." Désormais suivis par l'entraîneur néerlandais Michiel van der Kuip et par le coach mental Bert De Cuyper, les deux volleyeurs sentent que les choses ont changé. "Il y vraiment une grande différence avec les années précédentes. On est beaucoup mieux encadrés. Au niveau de la technique et du physique, on ne doit plus faire de grands pas en avant. Par contre, on doit encore apprendre à mieux lire certaines phases du match", explique van Walle. (Belga)