"Tout au long de la pandémie, nous avons suivi les recommandations des scientifiques et des autorités de santé publique pour protéger les gens. Ces conseils sont clairs et nous devons maintenant réagir à la menace représentée par Omicron", a déclaré le ministre gallois de l'Economie, Vaughan Gething. "Le public reviendra dès que ce sera possible. Nous voulons que tout le monde puisse profiter de son sport favori", a-t-il ajouté, sans donner d'estimation sur la durée de la mesure. Quelques heures plus tard, c'est la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qui a annoncé que 500 spectateurs seulement pourraient assister aux évènements en extérieur et 200 personnes assises ou 100 personnes pour ceux en intérieur, des mesures qui concernent évidemment aussi le sport. "Cela va, évidemment, pratiquement revenir à ce que les rencontres sportives et notamment les matches de football, se déroulent sans public" a admis la responsable. "Je sais à quel point ce sera décevant pour ceux qui se réjouissaient à l'idée de ces évènements et pour les organisateurs". Au pays de Galles, la rencontre de rugby entre Cardiff et les Scarlets en United Rugby Championship (URC) et un match de football de la Welsh National League entre Wrexham et Solihull qui ont lieu lors du Boxing Day (26 décembre), seront les premiers à se dérouler à huis clos. Cette mesure affectera aussi le championnat de football de D2 anglais dans lequel sont engagés Cardiff et Swansea. Ces derniers recevront donc Luton dans un stade vide, le 29 décembre. Le sport gallois a déjà été affecté par un certain nombre de reports ou d'annulations de matches liés à un trop grand nombre de cas de Covid-19 chez des équipes, comme le match de football de D2 anglaise entre Cardiff et Coventry, ainsi que le match de rugby d'URC entre les Ospreys et les Dragons. Pour l'Ecosse, dont le championnat de football devait de toute façon respecter une trêve de deux semaines à partir du 4 janvier, la journée programmée le 29 décembre sera la première victime de la restriction imposée lundi, mais le "Old Firm", le derby entre le Celtic Glasgow et les Glasgow Rangers, le 2 janvier, ne sera pas épargné. Lundi, la Premier League a décidé de poursuivre normalement son programme surchargé de matches lors des fêtes. "Notre intention, collectivement, est de maintenir le calendrier actuel des rencontres lorsque cela est possible en toute sécurité", a déclaré la Ligue dans un communiqué, malgré les 10 matches déjà reportés, dont six de la 18e journée, le week-end dernier. Face à la flambée du variant Omicron au Royaume-Uni, qui a enregistré lundi 91.743 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, le Premier ministre Boris Johnson a affirmé "se réserver la possibilité de prendre des mesures supplémentaires pour protéger le public, la santé publique et nos services de santé". (Belga)

"Tout au long de la pandémie, nous avons suivi les recommandations des scientifiques et des autorités de santé publique pour protéger les gens. Ces conseils sont clairs et nous devons maintenant réagir à la menace représentée par Omicron", a déclaré le ministre gallois de l'Economie, Vaughan Gething. "Le public reviendra dès que ce sera possible. Nous voulons que tout le monde puisse profiter de son sport favori", a-t-il ajouté, sans donner d'estimation sur la durée de la mesure. Quelques heures plus tard, c'est la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qui a annoncé que 500 spectateurs seulement pourraient assister aux évènements en extérieur et 200 personnes assises ou 100 personnes pour ceux en intérieur, des mesures qui concernent évidemment aussi le sport. "Cela va, évidemment, pratiquement revenir à ce que les rencontres sportives et notamment les matches de football, se déroulent sans public" a admis la responsable. "Je sais à quel point ce sera décevant pour ceux qui se réjouissaient à l'idée de ces évènements et pour les organisateurs". Au pays de Galles, la rencontre de rugby entre Cardiff et les Scarlets en United Rugby Championship (URC) et un match de football de la Welsh National League entre Wrexham et Solihull qui ont lieu lors du Boxing Day (26 décembre), seront les premiers à se dérouler à huis clos. Cette mesure affectera aussi le championnat de football de D2 anglais dans lequel sont engagés Cardiff et Swansea. Ces derniers recevront donc Luton dans un stade vide, le 29 décembre. Le sport gallois a déjà été affecté par un certain nombre de reports ou d'annulations de matches liés à un trop grand nombre de cas de Covid-19 chez des équipes, comme le match de football de D2 anglaise entre Cardiff et Coventry, ainsi que le match de rugby d'URC entre les Ospreys et les Dragons. Pour l'Ecosse, dont le championnat de football devait de toute façon respecter une trêve de deux semaines à partir du 4 janvier, la journée programmée le 29 décembre sera la première victime de la restriction imposée lundi, mais le "Old Firm", le derby entre le Celtic Glasgow et les Glasgow Rangers, le 2 janvier, ne sera pas épargné. Lundi, la Premier League a décidé de poursuivre normalement son programme surchargé de matches lors des fêtes. "Notre intention, collectivement, est de maintenir le calendrier actuel des rencontres lorsque cela est possible en toute sécurité", a déclaré la Ligue dans un communiqué, malgré les 10 matches déjà reportés, dont six de la 18e journée, le week-end dernier. Face à la flambée du variant Omicron au Royaume-Uni, qui a enregistré lundi 91.743 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, le Premier ministre Boris Johnson a affirmé "se réserver la possibilité de prendre des mesures supplémentaires pour protéger le public, la santé publique et nos services de santé". (Belga)