Qu'elle parait lointaine l'époque où on faisait de Charleroi un prétendant au titre. À l'heure actuelle, les Carolos sont onzièmes, à quatre points du top 4, certes, mais la qualité actuelle du jeu proposé ne mérite absolument pas de les faire participer aux play-offs 1. En plus de leurs qualités footballistiques, c'est l'âme de l'équipe qui semble défaillante. Karim Belhocine, en qui la confiance est maintenue de la part de Medhi Bayat, ne trouve toujours pas la solution pour redresser la barre, et les supporters commencent à s'impatienter compte tenu des mauvais résultats.

Pour couronner le tout, l'absence de Ryota Morioka vient rajouter une épine dans le pied de l'entraineur franco-algérien. Le Japonais, qui avait pris part à tous les matchs des Zèbres jusqu'à présent, et dont l'influence dans le jeu est primordiale, va clairement manquer à ses coéquipiers, même si les performances de Morioka sont en deçà de son rendement du début de saison. Il n'est d'ailleurs pas le seul dans ce cas-là, comme Kaveh Rezaei, qui n'a plus trouvé le chemin des filets depuis début janvier.

Genk pas au mieux

Pour soigner ces maux, quoi de mieux que d'affronter équipe en crise confiance pour relancer la machine. Leurs adversaires du soir, le KRC Genk, viennent d'enchainer 3 défaites de rang en Jupiler Pro League, ce qui met la pression sur les épaules de John van den Brom. Dans un match où les deux équipes n'ont pas le droit à l'erreur, la tension sera palpable. En cas de victoire au Mambourg, les hommes de Karim Belhocine peuvent revenir à un point de Genk, avec encore un match à jouer (contre Bruges). Dans le cas contraire, Charleroi laisserait la porte ouverte à ses concurrents pour les distancer. L'occasion est donc sur mesure pour les Carolos, qui grâce à leur magnifique début de saison peuvent encore rêver de top 4. Dans une situation délicate comme celle-ci, seule la victoire compte, et on verra plus tard pour la manière.

Attardo Vincent (st.)

Qu'elle parait lointaine l'époque où on faisait de Charleroi un prétendant au titre. À l'heure actuelle, les Carolos sont onzièmes, à quatre points du top 4, certes, mais la qualité actuelle du jeu proposé ne mérite absolument pas de les faire participer aux play-offs 1. En plus de leurs qualités footballistiques, c'est l'âme de l'équipe qui semble défaillante. Karim Belhocine, en qui la confiance est maintenue de la part de Medhi Bayat, ne trouve toujours pas la solution pour redresser la barre, et les supporters commencent à s'impatienter compte tenu des mauvais résultats. Pour couronner le tout, l'absence de Ryota Morioka vient rajouter une épine dans le pied de l'entraineur franco-algérien. Le Japonais, qui avait pris part à tous les matchs des Zèbres jusqu'à présent, et dont l'influence dans le jeu est primordiale, va clairement manquer à ses coéquipiers, même si les performances de Morioka sont en deçà de son rendement du début de saison. Il n'est d'ailleurs pas le seul dans ce cas-là, comme Kaveh Rezaei, qui n'a plus trouvé le chemin des filets depuis début janvier.Pour soigner ces maux, quoi de mieux que d'affronter équipe en crise confiance pour relancer la machine. Leurs adversaires du soir, le KRC Genk, viennent d'enchainer 3 défaites de rang en Jupiler Pro League, ce qui met la pression sur les épaules de John van den Brom. Dans un match où les deux équipes n'ont pas le droit à l'erreur, la tension sera palpable. En cas de victoire au Mambourg, les hommes de Karim Belhocine peuvent revenir à un point de Genk, avec encore un match à jouer (contre Bruges). Dans le cas contraire, Charleroi laisserait la porte ouverte à ses concurrents pour les distancer. L'occasion est donc sur mesure pour les Carolos, qui grâce à leur magnifique début de saison peuvent encore rêver de top 4. Dans une situation délicate comme celle-ci, seule la victoire compte, et on verra plus tard pour la manière. Attardo Vincent (st.)