Le dernier à avoir réussi pareil exploit était Aimé Anthuenis. Lui aussi était parti de Genk, auréolé du titre de champion de Belgique, pour décrocher une nouvelle fois les lauriers douze mois plus tard, à la tête d'Anderlecht. Philippe Clement, lui, a pris la route de Bruges. Une maison qu'il connaissait par coeur, pour y avoir été l'adjoint de Michel Preud'homme avant de prendre son envol en solo. Les Blauw en Zwart devenaient déjà son troisième club, en trois ans comme T1. Clement était incontestablement conscient des limites atteintes dans le Limbourg, et de la boulimie nationale des pensionnaires du stade Jan Breydel.

Armé d'une équipe largement supérieure à la concurrence, Clement a toutefois permis aux siens de survoler le championnat, instaurant une rotation importante au fil des rencontres qui semblait conserver tous ses joueurs impliqués. Seul le couac Mbaye Diagne a perturbé une gestion humaine sans fausse note. Pas de quoi remettre en cause le règne de Clement, sacré par notre rédaction et nos lecteurs avec 44% des voix.

Méritant dauphin, Karim Belhocine a impressionné les observateurs en relevant avec brio la délicate tâche de succéder à Felice Mazzù dans le Pays Noir. Qui sait où se seraient arrêtés ses Zèbres, bien installés sur la troisième marche du podium dans la foulée d'un succès épatant à la Ghelamco Arena, tombée pour la première fois en championnat sous les coups de boutoir des Carolos?

Le podium est complété par Bernd Storck, auteur d'un nouveau miracle à la tête d'un Cercle qui semblait condamné. L'Allemand devance de justesse Jess Thorup, dont le losange et les idées offensives ont animé la saison gantoise, tandis que Wouter Vrancken et son exceptionnelle saison à la tête du promu malinois échouent au cinquième rang.

LE CLASSEMENT

  1. Philippe Clement (Bruges) : 44 %
  2. Karim Belhocine (Charleroi) : 34 %
  3. Bernd Storck (Cercle) : 10 %
  4. Jess Thorup (La Gantoise) : 9 %
  5. Wouter Vrancken (Malines) : 2 %

À SUIVRE : Ce jeudi, découvrez le verdict pour le onze de la saison.

Le dernier à avoir réussi pareil exploit était Aimé Anthuenis. Lui aussi était parti de Genk, auréolé du titre de champion de Belgique, pour décrocher une nouvelle fois les lauriers douze mois plus tard, à la tête d'Anderlecht. Philippe Clement, lui, a pris la route de Bruges. Une maison qu'il connaissait par coeur, pour y avoir été l'adjoint de Michel Preud'homme avant de prendre son envol en solo. Les Blauw en Zwart devenaient déjà son troisième club, en trois ans comme T1. Clement était incontestablement conscient des limites atteintes dans le Limbourg, et de la boulimie nationale des pensionnaires du stade Jan Breydel.Armé d'une équipe largement supérieure à la concurrence, Clement a toutefois permis aux siens de survoler le championnat, instaurant une rotation importante au fil des rencontres qui semblait conserver tous ses joueurs impliqués. Seul le couac Mbaye Diagne a perturbé une gestion humaine sans fausse note. Pas de quoi remettre en cause le règne de Clement, sacré par notre rédaction et nos lecteurs avec 44% des voix.Méritant dauphin, Karim Belhocine a impressionné les observateurs en relevant avec brio la délicate tâche de succéder à Felice Mazzù dans le Pays Noir. Qui sait où se seraient arrêtés ses Zèbres, bien installés sur la troisième marche du podium dans la foulée d'un succès épatant à la Ghelamco Arena, tombée pour la première fois en championnat sous les coups de boutoir des Carolos?Le podium est complété par Bernd Storck, auteur d'un nouveau miracle à la tête d'un Cercle qui semblait condamné. L'Allemand devance de justesse Jess Thorup, dont le losange et les idées offensives ont animé la saison gantoise, tandis que Wouter Vrancken et son exceptionnelle saison à la tête du promu malinois échouent au cinquième rang.À SUIVRE : Ce jeudi, découvrez le verdict pour le onze de la saison.