"Il y avait beaucoup de nervosité dans cette course difficile", a raconté Colbrelli. "Nous n'étions jamais vraiment assurés que notre échappée irait au bout. Voilà pourquoi j'ai demandé le soutien de Grega Bole. Quel était notre avantage? Une demi-minute? Jamais plus. Je pensais toujours que nous allions être repris dans le final. Tous nos efforts n'auraient alors servi à rien. Je ne voulais pas que cela se produise. D'où ma réaction", a ajouté Colbrelli. "Puis il y a eu le sprint. D'abord je l'ai vu sombre. J'étais coincé près des barrières et ne pouvais plus sortir. J'ai à nouveau paniqué, mais j'ai vu soudainement un trou. J'ai saisi ma chance et réussi à laisser tout le monde derrière moi. C'est encourageant avant l'Amstel Gold Race, une course qui me convient également." L'an passé, Colbrelli avait terminé troisième à Valkenburg. . (Belga)

"Il y avait beaucoup de nervosité dans cette course difficile", a raconté Colbrelli. "Nous n'étions jamais vraiment assurés que notre échappée irait au bout. Voilà pourquoi j'ai demandé le soutien de Grega Bole. Quel était notre avantage? Une demi-minute? Jamais plus. Je pensais toujours que nous allions être repris dans le final. Tous nos efforts n'auraient alors servi à rien. Je ne voulais pas que cela se produise. D'où ma réaction", a ajouté Colbrelli. "Puis il y a eu le sprint. D'abord je l'ai vu sombre. J'étais coincé près des barrières et ne pouvais plus sortir. J'ai à nouveau paniqué, mais j'ai vu soudainement un trou. J'ai saisi ma chance et réussi à laisser tout le monde derrière moi. C'est encourageant avant l'Amstel Gold Race, une course qui me convient également." L'an passé, Colbrelli avait terminé troisième à Valkenburg. . (Belga)