Silvio Proto : "C'est un des attaquants les moins impressionnants que j'ai connu à l'entraînement. Et un des plus impressionnants que j'ai connu en match... Mbokani, c'est un footballeur du week-end, pas un gars qui se défonce en semaine. Forcément, ça peut énerver un entraîneur. Ça a joué contre lui à la fin de sa première saison à Anderlecht, quand le club a décidé de ne pas le conserver. Sur ce qu'il avait montré dans le travail quotidien, ce n'était pas un scandale. Maintenant, comment un staff arrive-t-il à ne pas voir qu'un joueur a des qualités exceptionnelles ? C'était son cas, et donc il aurait fallu un peu plus réfléchir au lieu de le laisser filer au Standard, chez l'ennemi en plus.

Si je dois retenir deux qualités extraordinaires chez lui, c'est sa façon de faire une petite louche, une pichenette quand il se retrouve en un contre un face au gardien. Il y a plein d'attaquants qui canonnent et qui prennent un gros risque de mettre le ballon à côté ou au-dessus, mais lui, il préfère la jouer finement. C'est un geste qu'il maîtrise super bien. Et puis il y a sa façon de protéger la balle. Une fois qu'il met son cul en arrière, tu n'as plus aucune chance de lui piquer le ballon, c'est impossible. On le savait à Anderlecht. Quand on avait besoin que toute l'équipe remonte, on passait à Dieu, il mettait son cul en arrière et on avait le temps de partir vers l'avant."

Retrouvez l'intégralité des témoignages sur Dieumerci Mbokani dans votre Sport/Foot Magazine

Silvio Proto : "C'est un des attaquants les moins impressionnants que j'ai connu à l'entraînement. Et un des plus impressionnants que j'ai connu en match... Mbokani, c'est un footballeur du week-end, pas un gars qui se défonce en semaine. Forcément, ça peut énerver un entraîneur. Ça a joué contre lui à la fin de sa première saison à Anderlecht, quand le club a décidé de ne pas le conserver. Sur ce qu'il avait montré dans le travail quotidien, ce n'était pas un scandale. Maintenant, comment un staff arrive-t-il à ne pas voir qu'un joueur a des qualités exceptionnelles ? C'était son cas, et donc il aurait fallu un peu plus réfléchir au lieu de le laisser filer au Standard, chez l'ennemi en plus.Si je dois retenir deux qualités extraordinaires chez lui, c'est sa façon de faire une petite louche, une pichenette quand il se retrouve en un contre un face au gardien. Il y a plein d'attaquants qui canonnent et qui prennent un gros risque de mettre le ballon à côté ou au-dessus, mais lui, il préfère la jouer finement. C'est un geste qu'il maîtrise super bien. Et puis il y a sa façon de protéger la balle. Une fois qu'il met son cul en arrière, tu n'as plus aucune chance de lui piquer le ballon, c'est impossible. On le savait à Anderlecht. Quand on avait besoin que toute l'équipe remonte, on passait à Dieu, il mettait son cul en arrière et on avait le temps de partir vers l'avant."Retrouvez l'intégralité des témoignages sur Dieumerci Mbokani dans votre Sport/Foot Magazine