L'avis de Peter Verbeke, CEO du RSC Anderlecht
...

L'avis de Peter Verbeke, CEO du RSC Anderlecht"Il y a une chose que je trouve marquante dans le football, quand on évoque certaines décisions comme par exemple un transfert : on a encore trop souvent l'impression que la décision est le fait d'une seule personne. J'ai voulu casser cette image : hors du terrain comme sur le terrain, le football n'est pas un sport individuel, mais un domaine où il faut créer la meilleure équipe possible. Notre objectif actuel, c'est de trouver de jeunes talents belges à tous les postes de notre entreprise comme on vient de le faire avec Tim Matthys, par exemple. Au niveau du scouting, on a repensé tout le département en gardant deux personnes de l'ancienne cellule et en y ajoutant de nouveaux profils jeunes, dynamiques et capables d'utiliser intelligemment les technologies modernes. Finalement, ce qu'on fait, je ne vais pas dire que c'est facile, mais ce n'est pas non plus de la physique nucléaire : on doit trouver des gens qui sont susceptibles de faire la différence sur le terrain et en-dehors, et surtout ne jamais dépenser de l'argent qu'on n'a pas encore. Si j'estime qu'un talent de mon noyau vaut 15 millions d'euros, tant que je ne l'ai pas vendu pour ce montant, je ne peux pas compter sur cet argent pour préparer un autre transfert, parce que plein de choses peuvent se passer entre-temps. Ça semble logique mais dans le football, les gens se sentent vite riches en se basant sur des valeurs qu'ils n'ont pas encore en mains."ATTENTION : Contrairement à ce que la version papier de notre magazine peut laisser entendre, Tim Matthys n'a pas été recruté à Gand par Anderlecht. Il a rejoint le club bruxellois après avoir quitté la Ghelamco Arena.