L'avis de Dimitri De Conde, Head of Sportsdu KRC Genk
...

L'avis de Dimitri De Conde, Head of Sportsdu KRC Genk"Quand j'ai commencé à travailler comme directeur sportif, j'ai été vraiment surpris par le nombre d'appels que je recevais de la part d'agents qui voulaient nous offrir des joueurs. Très vite, j'ai voulu recréer une logique de fonctionnement en installant un lien direct entre le chef du scouting et moi. Je connais de nombreux clubs, même certains des plus réputés au monde, où des transferts se font sans que la cellule de scouting soit au courant. Je trouve ça fou. Pour moi, c'est très important de rester transparent avec mon équipe de scouts. Si un joueur est notre priorité, mais que le transfert ne peut pas se faire pour l'une ou l'autre raison, je leur expliquerai toujours les causes lors de nos réunions, qui ont lieu toutes les deux semaines. Aujourd'hui, les agents savent que ça ne sert à rien de m'appeler directement pour me convaincre de prendre un joueur, parce que ce sont nos scouts qui déterminent les profils. Ça semble normal quand on le dit, mais c'est pourtant loin d'être la norme dans le milieu. Un autre point de travail a été de réduire la dimension de notre équipe de scouting. De quatorze, on est passé à cinq scouts, en plus de notre chef scout et d'un autre qui se consacre exclusivement aux gardiens. Ils contrôlent tous les marchés en même temps, sans être cantonnés à une zone géographique. Évidemment, mon travail m'amène aussi à avoir un lien très proche avec mon entraîneur, parce que je ne peux pas construire l'équipe sans prendre en compte son avis. Tout ça est un travail logique, qui peut se passer en bonne entente avec les agents quand ils pensent à la carrière de leur joueur plutôt que de saisir la moindre opportunité pour un prochain transfert."