L'avis de Samia Ahrouch, Inclusion Worker à la Fédération belge
...

L'avis de Samia Ahrouch, Inclusion Worker à la Fédération belge "Notre objectif, à travers le plan Come Together, est de faire passer un message clair: tout le monde doit pouvoir profiter du football. C'est la première fois que ce thème est traité de manière aussi prioritaire au sein de la Fédération. Notre espoir, c'est que ce plan puisse également dépasser le cadre des stades parce que des causes comme le racisme ou les discriminations, par exemple l'homophobie, sont des problèmes sociétaux. Ce plan d'action a pour but de sensibiliser, mais aussi de sanctionner quand c'est nécessaire. Concrètement, les victimes de discrimination peuvent rapporter les faits via un formulaire à remplir sur notre site ou notre application. Dès qu'une plainte arrive, nous commençons notre enquête en prenant contact avec le plaignant, mais aussi avec le suspect ou d'éventuels témoins. De là, un dossier est constitué et potentiellement envoyé à la Chambre nationale contre la discrimination et le racisme. Là, un juge assisté de deux membres indépendants statue sur l'affaire après avoir entendu les différentes parties et décide d'une sanction. Celle-ci peut aller jusqu'à une suspension de deux ans pour un joueur, mais on peut aussi décider de peines alternatives, comme une visite à la Caserne Dossin ( siège du musée de l'Holocauste et des droits de l'Homme, ndlr). Nous trouvons que cette possibilité de peine alternative est importante, parce que l'objectif de la sanction est avant tout d'amener vers un changement de mentalité, dans le football comme dans la société. À l'heure actuelle ( mi-janvier 2022, ndlr), nous avons déjà enregistré environ 150 déclarations, parmi lesquelles soixante ont abouti à un passage à la Chambre Nationale. La plupart d'entre elles concernaient des faits de racisme."