"Je suis très contente. C'est beaucoup de joie", a confié la jeune Belge. "J'ai réussi à disputer un très bon match, car Charlotte est une excellente joueuse. Elle sert très bien et elle frappe très fort dans la balle. Je savais dès lors que mes jeux de service allaient être très importants et que je risquais de devoir courir beaucoup pour ramener un maximum de balles. Mais physiquement, je me sentais bien et je n'étais pas stressée. J'étais relâchée et j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer sur un grand court comme celui-là". Sofia Costoulas, qui s'entraîne à la Kim Clijsters Academy, peut devenir la deuxième joueuse belge à remporter l'Open d'Australie, après Ann-Sophie Mestach en 2011. Samedi, en finale, dans la Rod Laver Arena, elle défiera la Croate Petra Marcinko (N.1), 16 ans, numéro 1 mondiale juniore. "J'avoue que je ne réalise pas encore que je suis en finale. Mais c'est peut-être bien", a ajouté Sofia Cosoulas. "Cela me permettra d'aborder ce match comme un match normal. J'essaie simplement rester dans le présent. La Croate, je l'ai déjà rencontrée. Mais c'était chez les moins de 12 ans. Je serais très fière si je gagne, mais je suis déjà fière de mon parcours. Les finales, c'est toujours particulier, mais j'en ai déjà disputé une la semaine dernière, et je vais essayer de l'approcher dans les mêmes dispositions". (Belga)

"Je suis très contente. C'est beaucoup de joie", a confié la jeune Belge. "J'ai réussi à disputer un très bon match, car Charlotte est une excellente joueuse. Elle sert très bien et elle frappe très fort dans la balle. Je savais dès lors que mes jeux de service allaient être très importants et que je risquais de devoir courir beaucoup pour ramener un maximum de balles. Mais physiquement, je me sentais bien et je n'étais pas stressée. J'étais relâchée et j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer sur un grand court comme celui-là". Sofia Costoulas, qui s'entraîne à la Kim Clijsters Academy, peut devenir la deuxième joueuse belge à remporter l'Open d'Australie, après Ann-Sophie Mestach en 2011. Samedi, en finale, dans la Rod Laver Arena, elle défiera la Croate Petra Marcinko (N.1), 16 ans, numéro 1 mondiale juniore. "J'avoue que je ne réalise pas encore que je suis en finale. Mais c'est peut-être bien", a ajouté Sofia Cosoulas. "Cela me permettra d'aborder ce match comme un match normal. J'essaie simplement rester dans le présent. La Croate, je l'ai déjà rencontrée. Mais c'était chez les moins de 12 ans. Je serais très fière si je gagne, mais je suis déjà fière de mon parcours. Les finales, c'est toujours particulier, mais j'en ai déjà disputé une la semaine dernière, et je vais essayer de l'approcher dans les mêmes dispositions". (Belga)