Absent en raison d'une blessure l'an dernier, le Gantois Keisse a pu célébrer sa victoire sous l'ovation d'un public conquis. "Ce fut une semaine folle. On ne nous a certainement pas offert ce succès. Il a fallu attendre la toute dernière ligne droit pour être certains de la victoire", a réagi Keisse en conclusion de ces Six jours. "Viviani m'a lancé parfaitement. Il est revenu dans la roue de Kenny De Ketele et m'a placé dans une position idéale. C'était alors à moi de terminer le boulot. Cette lutte m'a fait penser à celle de 2012. À l'époque, c'était déjà tendu mais ce dimanche, c'était encore plus serré." Grâce à ce septième succès individuel au Kuipke, Keisse revient à la hauteur de l'Australien Danny Clark à la troisième place des coureurs les plus titrés derrière Patrick Sercu (11 succès) et Etienne De Wilde (9). "C'est bien évidemment un grand honneur. Ce fut un des meilleurs pistards de son époque. J'aimerais bien faire mieux que lui et prendre le départ encore une fois ici. Je me sens chez moi. L'année dernière, ce n'était pas facile car j'étais blessé et j'ai dû ronger mon frein dans les tribunes. J'ai donc un sentiment spécial après cette victoire. Je veux évidemment remercier mon équipier Elia Viviani qui est venu à Gand avec l'intention de gagner." (Belga)

Absent en raison d'une blessure l'an dernier, le Gantois Keisse a pu célébrer sa victoire sous l'ovation d'un public conquis. "Ce fut une semaine folle. On ne nous a certainement pas offert ce succès. Il a fallu attendre la toute dernière ligne droit pour être certains de la victoire", a réagi Keisse en conclusion de ces Six jours. "Viviani m'a lancé parfaitement. Il est revenu dans la roue de Kenny De Ketele et m'a placé dans une position idéale. C'était alors à moi de terminer le boulot. Cette lutte m'a fait penser à celle de 2012. À l'époque, c'était déjà tendu mais ce dimanche, c'était encore plus serré." Grâce à ce septième succès individuel au Kuipke, Keisse revient à la hauteur de l'Australien Danny Clark à la troisième place des coureurs les plus titrés derrière Patrick Sercu (11 succès) et Etienne De Wilde (9). "C'est bien évidemment un grand honneur. Ce fut un des meilleurs pistards de son époque. J'aimerais bien faire mieux que lui et prendre le départ encore une fois ici. Je me sens chez moi. L'année dernière, ce n'était pas facile car j'étais blessé et j'ai dû ronger mon frein dans les tribunes. J'ai donc un sentiment spécial après cette victoire. Je veux évidemment remercier mon équipier Elia Viviani qui est venu à Gand avec l'intention de gagner." (Belga)