Marcin Wasilewski comparaissait ce mardi après-midi devant le Comité sportif, qui rendra sa décision en fin d'après-midi, pour son coup porté au joueur de Saint-Trond Peter Delorge.

L'arbitre de la rencontre Sam Loeman, non-convoqué devant le Comité sportif pour expliquer sa version des faits, a confirmé par mail au parquet n'avoir pas vu la faute commise par le Polonais, ce qui a permis au parquet d'introduire une procédure de poursuite sur base des images télés. "Le parquet a envoyé deux mails à Sam Loeman pour lui demander s'il avait vu ou non le coup porté par Marcin Wasilewski à Peter Delorge. Le second en lui demandant de détailler afin d'éviter les spéculations", a déclaré le parquet durant la séance.

Des arguments balayés d'un revers de la main par Me Spreutels, venu défendre Marcin Wasilewski. L'avocat a basé sa défense sur les déclarations de Sam Loeman. "Cette affaire est intéressante parce qu'elle traite de l'éthique. On veut toujours plus d'éthique. Dans le cas présent, sanctionner Marcin Wasilewski violerait l'éthique", a-t-il plaidé devant le Comité sportif. "Les déclarations de M. Loeman sont fantaisistes : il déclare dans son rapport avoir sifflé une faute entre Mbokani et Euvrard avant de déclarer aux médias avoir sifflé un tirage de maillot et une poussée au second poteau. Les images sont claires : il n'y a personne au second poteau et tout le monde est d'accord pour dire qu'il n'y a pas de contact entre Euvrard et Mbokani", a-t-il poursuivi. "On ne peut pas poursuivre Marcin Wasilewski dans ce cas-ci. Je vous demande de ne pas être complices d'une violation du règlement".

Le Comité sportif rendra sa décision en fin d'après-midi après avoir jugé d'autres affaires.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Marcin Wasilewski comparaissait ce mardi après-midi devant le Comité sportif, qui rendra sa décision en fin d'après-midi, pour son coup porté au joueur de Saint-Trond Peter Delorge. L'arbitre de la rencontre Sam Loeman, non-convoqué devant le Comité sportif pour expliquer sa version des faits, a confirmé par mail au parquet n'avoir pas vu la faute commise par le Polonais, ce qui a permis au parquet d'introduire une procédure de poursuite sur base des images télés. "Le parquet a envoyé deux mails à Sam Loeman pour lui demander s'il avait vu ou non le coup porté par Marcin Wasilewski à Peter Delorge. Le second en lui demandant de détailler afin d'éviter les spéculations", a déclaré le parquet durant la séance. Des arguments balayés d'un revers de la main par Me Spreutels, venu défendre Marcin Wasilewski. L'avocat a basé sa défense sur les déclarations de Sam Loeman. "Cette affaire est intéressante parce qu'elle traite de l'éthique. On veut toujours plus d'éthique. Dans le cas présent, sanctionner Marcin Wasilewski violerait l'éthique", a-t-il plaidé devant le Comité sportif. "Les déclarations de M. Loeman sont fantaisistes : il déclare dans son rapport avoir sifflé une faute entre Mbokani et Euvrard avant de déclarer aux médias avoir sifflé un tirage de maillot et une poussée au second poteau. Les images sont claires : il n'y a personne au second poteau et tout le monde est d'accord pour dire qu'il n'y a pas de contact entre Euvrard et Mbokani", a-t-il poursuivi. "On ne peut pas poursuivre Marcin Wasilewski dans ce cas-ci. Je vous demande de ne pas être complices d'une violation du règlement". Le Comité sportif rendra sa décision en fin d'après-midi après avoir jugé d'autres affaires. Sportfootmagazine.be, avec Belga