"Je me souviens encore très bien de ma toute première crise de panique", raconte Sherjill MacDonald, aujourd'hui âgé de 36 ans pour Voetbal International. "J'étais dans la voiture avec ma petite amie et ma fille sur la route entre Amsterdam et la Belgique. Soudain, ça a commencé à picoter sur le côté gauche de ma tête. J'ai pensé : "C'est quoi ce bordel ? Parce que je l'ai ressenti à gauche, j'ai immédiatement pensé que cela avait quelque chose à voir avec mon coeur. J'ai essayé de rester détendu car je ne voulais pas provoquer de panique dans la voiture. J'ai continué à rouler tranquillement, mais à un moment donné, les picotements ont empiré et j'ai commencé à transpirer. Je n'en pouvais plus et j'ai dit à ma femme : "Chérie, je me sens vraiment mal. Nous devons aller à l'hôpital. Elle était très choquée et nous y sommes allés directement."

"Une fois à l'hôpital, il s'est avéré que mon coeur n'avait aucun problème, mais la peur autour de mon coeur a une histoire. En 2015, quand j'étais à Westerlo, j'ai fait un arrêt cardiaque pendant une opération de l'épaule. J'étais sous anesthésie et j'ai eu une crise d'asthme qui a provoqué un arrêt du coeur pendant un moment. Ils ont dû me réanimer deux fois. Quand je me suis réveillé, je me suis senti un peu endormi, mais à part ça, je n'ai pas remarqué la crise cardiaque", raconte celui qui a aussi porté les couleurs mauves d'Anderlecht et du (Germinal) Beerschot.

"Bien que je ne me sois pas rendu compte de la crise cardiaque, je pense que mon inconscient a été frappé par celle-ci. C'est une sorte de traumatisme, qui ne s'est vraiment manifesté qu'en 2018 lorsque j'ai joué au Busan IPark en Corée du Sud. Je pense que cette agitation dans mon corps a commencé en partie parce que je savais que ce serait ma dernière aventure en tant que professionnel. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire après ma carrière. Je m'asseyais tranquillement pour regarder un film et soudain mon coeur se remettait à battre très fort. Mon bras gauche a recommencé à picoter et les pensées sont revenues. Je vais avoir une crise cardiaque. Ce n'était pas ma dernière crise de panique en Corée.", explique encore dans cette interview accordée à Voetbal International.

En janvier 2019, MacDonald mettait un terme à sa carrière professionnelle et revenait en Belgique pour évoluer dans des divisions amateures. Il a joué à Lille (pas celui en France), Geel et depuis juillet dernier, il porte les couleurs du KV Hooikt, un club de 3e provincial situé à Lier. Un autre joueur passé par la D1 évolue avec lui là-bas, Roel Van Hemert. Ce défenseur néerlandais a notamment évolué pour l'Antwerp, le Lierse ou Waasland-Beveren. En 31 matches, Sherjill MacDonald a marqué 25 fois pour sa nouvelle équipe. Hooikt a terminé deuxième de la 3e Provincial anversoise.

"Je me souviens encore très bien de ma toute première crise de panique", raconte Sherjill MacDonald, aujourd'hui âgé de 36 ans pour Voetbal International. "J'étais dans la voiture avec ma petite amie et ma fille sur la route entre Amsterdam et la Belgique. Soudain, ça a commencé à picoter sur le côté gauche de ma tête. J'ai pensé : "C'est quoi ce bordel ? Parce que je l'ai ressenti à gauche, j'ai immédiatement pensé que cela avait quelque chose à voir avec mon coeur. J'ai essayé de rester détendu car je ne voulais pas provoquer de panique dans la voiture. J'ai continué à rouler tranquillement, mais à un moment donné, les picotements ont empiré et j'ai commencé à transpirer. Je n'en pouvais plus et j'ai dit à ma femme : "Chérie, je me sens vraiment mal. Nous devons aller à l'hôpital. Elle était très choquée et nous y sommes allés directement.""Une fois à l'hôpital, il s'est avéré que mon coeur n'avait aucun problème, mais la peur autour de mon coeur a une histoire. En 2015, quand j'étais à Westerlo, j'ai fait un arrêt cardiaque pendant une opération de l'épaule. J'étais sous anesthésie et j'ai eu une crise d'asthme qui a provoqué un arrêt du coeur pendant un moment. Ils ont dû me réanimer deux fois. Quand je me suis réveillé, je me suis senti un peu endormi, mais à part ça, je n'ai pas remarqué la crise cardiaque", raconte celui qui a aussi porté les couleurs mauves d'Anderlecht et du (Germinal) Beerschot."Bien que je ne me sois pas rendu compte de la crise cardiaque, je pense que mon inconscient a été frappé par celle-ci. C'est une sorte de traumatisme, qui ne s'est vraiment manifesté qu'en 2018 lorsque j'ai joué au Busan IPark en Corée du Sud. Je pense que cette agitation dans mon corps a commencé en partie parce que je savais que ce serait ma dernière aventure en tant que professionnel. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire après ma carrière. Je m'asseyais tranquillement pour regarder un film et soudain mon coeur se remettait à battre très fort. Mon bras gauche a recommencé à picoter et les pensées sont revenues. Je vais avoir une crise cardiaque. Ce n'était pas ma dernière crise de panique en Corée.", explique encore dans cette interview accordée à Voetbal International.En janvier 2019, MacDonald mettait un terme à sa carrière professionnelle et revenait en Belgique pour évoluer dans des divisions amateures. Il a joué à Lille (pas celui en France), Geel et depuis juillet dernier, il porte les couleurs du KV Hooikt, un club de 3e provincial situé à Lier. Un autre joueur passé par la D1 évolue avec lui là-bas, Roel Van Hemert. Ce défenseur néerlandais a notamment évolué pour l'Antwerp, le Lierse ou Waasland-Beveren. En 31 matches, Sherjill MacDonald a marqué 25 fois pour sa nouvelle équipe. Hooikt a terminé deuxième de la 3e Provincial anversoise.