Un nombre-record de 36 matches jusqu'en décembre, avec les trois tours préliminaires d'Europa League et la phase de poules. Plus 21 matches en 2019, deux en EL, neuf en championnat régulier et dix en PO1 : à la mi-mai, le KRC Genk aura disputé 57 matches. Ce n'est pas un record car les Limbourgeois en ont joué 65 durant la saison 2016-2017, en comptant les deux matches de barrage à l'issue des PO2.

Si on ne tient compte que des PO1, c'est le Club Bruges qui détient le record avec 63 joutes la saison 2014-2015, notamment avec les quarts de finale d'EL et la finale de la Coupe de Belgique. Le Club avait disputé 17 matches de plus que La Gantoise, sacrée championne.

C'était la cinquième saison d'affilée dont le champion n'était pas celui qui avait le plus de matches dans les jambes. Les quatre années précédentes, Zulte Waregem, KRC Genk, le Standard et La Gantoise avaient été respectivement quatrième et trois fois cinquièmes des PO1.

À épingler, ces trois dernières années, le titre est revenu à l'équipe ayant joué le plus de matches : le Club en 2015-2016 (57 matches), Anderlecht en 2016-2017 (58, un de plus que Genk cette saison) et le Club en 2017-2018 (49, comme les Mauves, troisièmes). Pourtant, ils avaient respectivement joué cinq, neuf et trois matches de plus que leur dauphin. En 2015-2016 et en 2016-2017, le Club et Anderlecht ont en plus été la meilleure formation des PO1. Ils n'ont donc pas souffert de surcharge.

Mais la saison dernière, avec un agenda plus chargé que les autres, ils n'ont été que quatrième et cinquième de ces PO1 (12 sur 30), après avoir connu un passage à vide après la trêve hivernale (Anderlecht 6e, Bruges 8e). Le Club a finalement été champion grâce à l'avance importante qu'il possédait à l'issue du championnat régulier (douze points sur le Standard, deuxième). Dimanche, l'avance de Genk ne pourra dépasser cinq points. Ou ne sera peut-être que d'un point... Dans ce cas, les sept matches de plus de Genk pourraient être déterminants.

Par Jonas Creteur