Arrivé seulement jeudi à l'Inter en provenance de la Lazio Rome, pour suivre son entraîneur Simone Inzaghi ayant fait le même trajet au début de l'été, le "Tucu" est entré à un quart d'heure de la fin pour offrir les trois points aux Nerazzurri. D'un coup de tête autoritaire (83e) puis d'une frappe précise du gauche (90+4e), Correa a réussi des débuts parfaits sous le maillot nerazzurro, lui qui doit notamment faire oublier le Diable Rouge Romelu Lukaku, artisan majeur du dernier Scudetto et parti à Chelsea. Avant cela, alors que l'Inter était menée à la pause, c'est un autre Argentin, Lautaro Martinez, qui avait remis l'Inter en selle en égalisant de la tête dès le retour des vestiaires (47e). En première période, les Nerazzurri ont été bousculés par le Hellas, pressant haut et attaquant sans complexes. Les Milanais avaient cédé sur une passe ratée de leur expérimenté gardien Samir Handanovic, interceptée et transformée en but dans la foulée par Ivan Ilic (15e). (Belga)

Arrivé seulement jeudi à l'Inter en provenance de la Lazio Rome, pour suivre son entraîneur Simone Inzaghi ayant fait le même trajet au début de l'été, le "Tucu" est entré à un quart d'heure de la fin pour offrir les trois points aux Nerazzurri. D'un coup de tête autoritaire (83e) puis d'une frappe précise du gauche (90+4e), Correa a réussi des débuts parfaits sous le maillot nerazzurro, lui qui doit notamment faire oublier le Diable Rouge Romelu Lukaku, artisan majeur du dernier Scudetto et parti à Chelsea. Avant cela, alors que l'Inter était menée à la pause, c'est un autre Argentin, Lautaro Martinez, qui avait remis l'Inter en selle en égalisant de la tête dès le retour des vestiaires (47e). En première période, les Nerazzurri ont été bousculés par le Hellas, pressant haut et attaquant sans complexes. Les Milanais avaient cédé sur une passe ratée de leur expérimenté gardien Samir Handanovic, interceptée et transformée en but dans la foulée par Ivan Ilic (15e). (Belga)