Au moment où l'entraîneur nerazzurro Simone Inzaghi s'apprêtait à faire des changements pour tenter de relancer une Inter logiquement menée, Matteo Darmian (52e) et Edin Dzeko (55e) ont jailli pour transformer le sens du match. Jusqu'à ces trois minutes renversantes, la Fiorentina avait tout fait, mettant le champion au supplice avec une pression permanente et des percées offensives à cent à l'heure. Elle avait été récompensée par un but de Riccardo Sottil (23e), à la conclusion d'un centre de Nico Gonzalez. Cet avantage aurait pu être plus large sans quelques miracles sur sa ligne du gardien milanais Samir Handanovic, devant Nico Gonzalez (3e), Dusan Vlahovic (10e) puis Cristiano Biraghi (13e). Alfred Duncan a lui envoyé un missile juste au-dessus (21e). Contre des Florentins réduits à dix après l'exclusion pour protestation de Gonzalez (78e), Ivan Perisic a assis le succès intériste à trois minutes de la fin (87e). Ce quatrième succès en cinq journées permet aux Nerazzurri (13 points) de reprendre provisoirement la tête devant Naples (12 pts, un match en moins). Il confirme la solidité d'un groupe reparti avec Inzaghi sur l'élan de la saison passée, malgré les départs d'Antonio Conte et Romelu Lukaku, les deux grands hommes du scudetto décroché en mai. (Belga)

Au moment où l'entraîneur nerazzurro Simone Inzaghi s'apprêtait à faire des changements pour tenter de relancer une Inter logiquement menée, Matteo Darmian (52e) et Edin Dzeko (55e) ont jailli pour transformer le sens du match. Jusqu'à ces trois minutes renversantes, la Fiorentina avait tout fait, mettant le champion au supplice avec une pression permanente et des percées offensives à cent à l'heure. Elle avait été récompensée par un but de Riccardo Sottil (23e), à la conclusion d'un centre de Nico Gonzalez. Cet avantage aurait pu être plus large sans quelques miracles sur sa ligne du gardien milanais Samir Handanovic, devant Nico Gonzalez (3e), Dusan Vlahovic (10e) puis Cristiano Biraghi (13e). Alfred Duncan a lui envoyé un missile juste au-dessus (21e). Contre des Florentins réduits à dix après l'exclusion pour protestation de Gonzalez (78e), Ivan Perisic a assis le succès intériste à trois minutes de la fin (87e). Ce quatrième succès en cinq journées permet aux Nerazzurri (13 points) de reprendre provisoirement la tête devant Naples (12 pts, un match en moins). Il confirme la solidité d'un groupe reparti avec Inzaghi sur l'élan de la saison passée, malgré les départs d'Antonio Conte et Romelu Lukaku, les deux grands hommes du scudetto décroché en mai. (Belga)