Avec Ronald Koeman comme entraîneur, le FC Barcelone ne pouvait éviter une invasion néerlandaise. Si le cas de Georginio Wijnaldum a été évoqué, et qu'on parle de Memphis Depay depuis des semaines - l'Olympique Lyonnais aurait maintenant baissé ses prétentions financières - c'est l'arrivée de Sergiño Dest qui s'avère aujourd'hui être la plus concrète.
...

Avec Ronald Koeman comme entraîneur, le FC Barcelone ne pouvait éviter une invasion néerlandaise. Si le cas de Georginio Wijnaldum a été évoqué, et qu'on parle de Memphis Depay depuis des semaines - l'Olympique Lyonnais aurait maintenant baissé ses prétentions financières - c'est l'arrivée de Sergiño Dest qui s'avère aujourd'hui être la plus concrète.Le latéral de 19 ans n'est qu'à moitié néerlandais. Il est né à Almere, mais son père est américain. Au Barça, il doit compenser le départ de Nelson Semedo pour Wolverhampton. Lors du premier match de championnat des Catalans contre Villarreal (4-0), il est apparu qu'un poste posait problème: celui d'arrière droit. Les statistiques ont montré qu'il y avait un grand déséquilibre entre le flanc gauche et le flanc droit.Sur la gauche, Jordi Alba a touché 113 ballons, délivré 75 bonnes passes (sur 87) et balancé cinq centres qui se sont retrouvés dans la surface de réparation. Les chiffres de Sergi Roberto à droite étaient bien moins impressionnants : 71 touches de balle, 49 bonnes passes (sur 54) et deux centres. Koeman avait également tiré la sonnette d''alarme en interne la semaine dernière. Après tout, il a vu beaucoup de joueurs partir, mais personne n'a pris leur place. Une des raisons est la situation financière du club, qui n'est pas vraiment au beau fixe. Un problème causé par la crise du corona, mais aussi par les salaires astronomiques que le Barça paie depuis des années.Pour Dest, les Catalans seraient prêts à déposer environ 25 millions d'euros sur le compte de l'Ajax, ainsi qu'à lui faire signer un contrat de longue durée. Le Néerlando-Américain est un arrière qui peut corriger certaines erreurs défensives grâce à sa vitesse, mais qui apporte surtout offensivement. Il correspond parfaitement à la philosophie de jeu du Barça (et de l'Ajax): capacité à créer des différences individuellement, flair, bluff, audace et bonne technique. Les observateurs le décrivent comme "un arrière moderne".L'aspect défensif est cependant un point sur lequel le joueur de 19 ans doit s'améliorer. Comment défendre avec beaucoup d'espace dans le dos? À quel moment avancer ou, au contraire, reculer? Il était encore en phase d'apprentissage à l'Ajax. Mais avec des résultats.Le Bayern Munich l'a également suivi pendant un certain temps, mais la préférence du joueur est allée au FC Barcelone. Au final, Dest n'aura disputé que 38 matches avec les Ajacides.Jusqu'à récemment, peu de personnes au sein du club d'Amsterdam pensaient ce scénario possible. Dest a débarqué à l'académie amstellodamoise à l'âge de onze ans, mais n'a jamais été considéré comme le plus grand talent. En fait, Dest a rendu la vie impossible à ses entraîneurs. Il a même failli se faire renvoyer.En fait, Dest est un sensible qui a le coeur sur la main. Il sait ce qu'il veut, mais surtout ce qu'il ne veut pas. Il y a deux ans, il voulait aller à la Coupe du monde U17 des États-Unis, qu'il représente au niveau international. L'Ajax a refusé, mais Dest a finalement obtenu l'autorisation de son club, après de longues négociations. Le club l'a prévenu qu'il pourrait perdre sa place dans l'équipe U19, mais cela n'a pas inquiété le joueur. Il a disputé ce Mondial U17, est revenu et... s'est immédiatement retrouvé titulaire avec les U19 de l'Ajax.Il y a un an, il a également fait ses débuts dans l'équipe A des States contre le Canada. Il compte maintenant trois sélections.Le mot "excentrique" est un euphémisme quand on parle de Dest. Si Koeman s'attend à avoir un béni-oui-oui sous ses ordres, il va être déçu. Le Camp Nou s'apprête à accueillir une forte tête. "Dans certains domaines, quand je l'ai eu sous ma responsabilité, Sergiño n'était pas fait pour le football professionnel", explique Gerry Vink, maintenant entraîneur adjoint de Willem II, mais ancien coach de l'académie des jeunes de l'Ajax. "Surtout au niveau mental. Il a fait preuve d'un comportement étrange, à l'époque. Quand nous portions tous des chaussettes blanches, Sergiño mettait du noir exprès. Lorsque nous avons fait un test d'endurance, il a enlevé son cardiofréquencemètre. Quand j'ai demandé pourquoi, il a dit: 'Parce que ce n'est pas confortable.' Je lui ai dit que je voulais qu'il le remette, parce que sinon, nous ne pourrions rien mesurer. Il a alors répondu : 'Non, je ne le ferai pas.' C'est, je pense, les mots que j'ai le plus souvent entendus de sa bouche : 'Je ne le ferai pas.' Nous avons souvent rendu visite à son père pour parler de son comportement."Rétrospectivement, Vink a maintenant son idée de ce comportement. "Je pense que c'était une façon d'attirer l'attention. Sergiño s'est toujours senti désavantagé, il voulait être différent des autres. Ça a marché. En fin de compte, je respecte cette façon de faire. Sergiño a toujours suivi sa propre voie, même lorsqu'elle l'a conduit à des problèmes. Mais cela signifie également qu'il est maintenant imperturbable et qu'il n'a aucune pression." Des qualités qui lui serviront bien en Catalogne.