Arnaud Bodart peut-il mieux faire?

Visiblement oui. L'impression visuelle est peu de choses face aux statistiques. Encore vanté il y a quelques semaines, le dernier rempart liégeois accuse le coup depuis un gros mois. Et cette vérité chiffrée qui résonne. Toutes compétitions confondues, sur les dix-huit derniers tirs cadrés qu'il a concédés, Arnaud Bodart s'est retourné onze fois dans ses propres buts pour aller rechercher le ballon au fond des filets. C'est beaucoup pour un gardien qui n'avait pris que deux buts sur les quinze premières tentatives cadrées envoyées en direction de la cage liégeoise en championnat, mais qui reste sur un bilan beaucoup moins flatteur de sept buts concédés sur onze envois cadrés depuis la réception de Courtrai le ...

Visiblement oui. L'impression visuelle est peu de choses face aux statistiques. Encore vanté il y a quelques semaines, le dernier rempart liégeois accuse le coup depuis un gros mois. Et cette vérité chiffrée qui résonne. Toutes compétitions confondues, sur les dix-huit derniers tirs cadrés qu'il a concédés, Arnaud Bodart s'est retourné onze fois dans ses propres buts pour aller rechercher le ballon au fond des filets. C'est beaucoup pour un gardien qui n'avait pris que deux buts sur les quinze premières tentatives cadrées envoyées en direction de la cage liégeoise en championnat, mais qui reste sur un bilan beaucoup moins flatteur de sept buts concédés sur onze envois cadrés depuis la réception de Courtrai le 20 septembre. Battu par Mboyo, Dompé, Vossen, Fall, Diatta, Nazon et De Ridder, Arnaud Bodart semble bien dans le creux ces dernières semaines, après avoir pourtant démarré la saison en boulet de canon, allant jusqu'à candidater pour certains à une place dans le groupe élargi de Roberto Martinez. Clairement et malgré l'absence récente de Simon Mignolet, le Liégeois n'a pas plaidé sa cause dans l'optique du prochain rassemblement de novembre. Et en même temps, c'est désormais bien connu, le sélectionneur n'est jamais à l'abri d'une surprise...Pas quand on connait la vraie valeur d'OHL cette saison. Et encore un peu moins quand on accumule les points perdus ces dernières saisons par nos différents représentants sur la scène européenne. Seul le Gand d'Hein Vanhaezebrouck avait résisté à la tempête de points évaporés en championnat, lors de sa folle campagne européenne de l'automne 2015. En se déplaçant à Den Dreef, Philippe Clementavait clairement déjà priorisé dans sa tête la réception de la Lazio mercredi en Ligue des Champions au championnat. Un choix courageux qui poussera l'Anversois à se passer spontanément et pour la première fois de la saison des services de Ruud Vormer au coup d'envoi. Une gageure face à une équipe d'OHL dont on sait qu'elle fait surtout la différence grâce à un jeu de transition ultra rapide dans le milieu du jeu. Sans le rateau brugeois pour l'inquiéter, Xavier Mercier a donc déroulé une fois de plus sa partition. Et renvoyé le Club a ses rêves européens de milieu de semaine. Sans pourtant inquiéter sur le vrai niveau brugeois. Mieux, le temps de jeu accumulé par Noa Lang, qui profitait de la rotation pour fêter sa première titularisation, est prometteur tant le Néerlandais de 21 ans semble avoir du feu dans les pieds.Il n'a en tout cas pas le noyau espéré et vendu par sa direction, qui lui avait fait miroiter certains grands noms (Moussa Dembele et Edmilson Junior auraient été évoqués). Logiquement, on avait donc dit l'entraîneur croate déçu au moment de voir le mercato se refermer. Parce que Luciano D'Onofrio avait promis à Ivan Leko une équipe capable de lutter pour le titre à son arrivée, mais que l'ancien Brugeois se retrouvait finalement à la tête d'une armada vieillissante renforcée par quelques backpackers revanchards. L'Antwerp n'en est pas moins en tête de la Pro League après dix journées. Objectivement, cela ne doit du coup, à première vue, pas grand-chose aux renforts estivaux. Ou alors certainement pas aux plus bling bling d'entre eux. Certes Jean Butez, Pieter Gerkens et Jérémy Gélin se sont imposés dans le onze de Leko, mais on a pas encore revu Jordan Lukaku sur un terrain de football et on ne sait pas à ce stade si Nana Ampomah ou Cristian Benavente seront en mesure de retrouver leur meilleur niveau. Ce qui renforce l'idée selon laquelle, Ivan Leko est un coach qui a de la ressource.