L'épilogue de ce dossier qui a brisé la carrière des deux hommes les plus puissants du football mondial était retardé depuis plusieurs mois par l'état de santé du Suisse, âgé de 85 ans et hospitalisé en décembre et janvier derniers pour subir une lourde opération cardiaque. Sepp Blatter est désormais apte à être interrogé, bien que dans un temps limité. Mardi, son audition a duré 90 minutes, mais en raison du protocole, il est resté trois heures sur place, a indiqué son porte-parole Thomas Renggli, expliquant que l'ancien président de la Fifa sera à nouveau entendu mercredi, et peut-être même jeudi. L'ancien responsable lui a dit s'être "défendu avec véhémence". "M. Blatter est content de lui, mais pas des questions des procureurs. C'est un peu ridicule. Les soupçons à son égard sont un peu absurdes", a ajouté son porte-parole. MM. Blatter et Platini affirment que le paiement en cause par la Fifa au Français, qui fut lui-même triple ballon d'or, était basé sur un contrat oral régissant son travail de consultant pour l'organisation entre 1999 et 2002. La Fifa n'était initialement pas en mesure de payer la totalité de la somme, c'est pourquoi le paiement aurait été retardé. Cette audition doit être l'ultime étape avant la clôture de cette enquête ouverte en 2015 contre les deux hommes. Selon le bureau du procureur, Blatter est poursuivi pour "soupçons d'escroquerie, d'abus de confiance et de gestion déloyale", tandis que la procédure pénale contre Platini est menée pour "soupçons d'escroquerie, de participation à abus de confiance, de participation à une gestion déloyale et de faux dans les titres". Michel Platini avait été entendu une dernière fois mi-mars. Il attend désormais la décision du parquet, qui pourrait soit prononcer un non-lieu soit ouvrir la voie à un procès devant le tribunal pénal fédéral de Bellinzone. La Fifa, dirigée depuis 2016 par Gianni Infantino, déplore de son côté l'absence de contrat écrit mentionnant à l'époque une telle rémunération, et en réclame le remboursement à Platini. Le parquet a précisé qu'il n'était pas en mesure de donner un calendrier pour la suite de cette affaire. (Belga)

L'épilogue de ce dossier qui a brisé la carrière des deux hommes les plus puissants du football mondial était retardé depuis plusieurs mois par l'état de santé du Suisse, âgé de 85 ans et hospitalisé en décembre et janvier derniers pour subir une lourde opération cardiaque. Sepp Blatter est désormais apte à être interrogé, bien que dans un temps limité. Mardi, son audition a duré 90 minutes, mais en raison du protocole, il est resté trois heures sur place, a indiqué son porte-parole Thomas Renggli, expliquant que l'ancien président de la Fifa sera à nouveau entendu mercredi, et peut-être même jeudi. L'ancien responsable lui a dit s'être "défendu avec véhémence". "M. Blatter est content de lui, mais pas des questions des procureurs. C'est un peu ridicule. Les soupçons à son égard sont un peu absurdes", a ajouté son porte-parole. MM. Blatter et Platini affirment que le paiement en cause par la Fifa au Français, qui fut lui-même triple ballon d'or, était basé sur un contrat oral régissant son travail de consultant pour l'organisation entre 1999 et 2002. La Fifa n'était initialement pas en mesure de payer la totalité de la somme, c'est pourquoi le paiement aurait été retardé. Cette audition doit être l'ultime étape avant la clôture de cette enquête ouverte en 2015 contre les deux hommes. Selon le bureau du procureur, Blatter est poursuivi pour "soupçons d'escroquerie, d'abus de confiance et de gestion déloyale", tandis que la procédure pénale contre Platini est menée pour "soupçons d'escroquerie, de participation à abus de confiance, de participation à une gestion déloyale et de faux dans les titres". Michel Platini avait été entendu une dernière fois mi-mars. Il attend désormais la décision du parquet, qui pourrait soit prononcer un non-lieu soit ouvrir la voie à un procès devant le tribunal pénal fédéral de Bellinzone. La Fifa, dirigée depuis 2016 par Gianni Infantino, déplore de son côté l'absence de contrat écrit mentionnant à l'époque une telle rémunération, et en réclame le remboursement à Platini. Le parquet a précisé qu'il n'était pas en mesure de donner un calendrier pour la suite de cette affaire. (Belga)