Dans une interview pour l'agence de presse allemande dpa, Mayer a expliqué que l'UEFA n'a pas encore pris de décision finale, mais il apparaît que les rencontres seront jouées à huis clos, et que les pays hôtes devront suivre les règles de l'instance européenne du football, même si des pays comme la Serbie et le Belarus autorisent la présence de supporters. "Les compétitions sont basées sur les règles de l'UEFA", a insisté Meyer. "Y compris dans les pays mentionnés, personne ne peut autoriser un stade rempli contre les exigences de l'UEFA s'il s'agit d'une compétition de l'UEFA et si les règles n'autorisent pas les spectateurs." Meyer a déclaré que l'UEFA prendra une décision d'ici peu, car les préparatifs actuels sont encore centrés sur les clubs. Le médecin allemand parle d'une situation "beaucoup plus complexe" au niveau européen que pour les ligues nationales. Meyer a dirigé le groupe de travail allemand qui a préparé le protocole pour la reprise de la Bundesliga, lequel a servi de modèle pour les autres ligues et pour l'UEFA. Meyer a aussi expliqué que terminer la Ligue des Champions au Portugal et l'Europa League en Allemagne, en août, est plus facile à gérer car les deux tournois auront lieu dans un seul pays avec un nombre limité d'équipes, comparé à la Ligue des Nations. "Un tournoi final dans un seul pays peut être organisé relativement bien. Mais quand les 55 nations de l'UEFA commenceront les matchs internationaux et la Ligue des Nations en septembre, il y aura d'autres niveaux de difficultés, comme la législation nationale ou la disponibilité des laboratoires", a ajouté Meyer. Pour le médecin, les matchs à huis clos et sous de strictes mesures d'hygiène ne peuvent continuer indéfiniment, mais des stades remplis ne seront pas possibles à court terme. "Le concept avec les gros efforts fournis pour ces neuf matchs en Bundesliga ne peut être maintenu pour une saison", estime-t-il. Les joueurs, les entraîneurs et l'encadrement subissent des tests fréquents et obéissent à des règles strictes de distanciation sociale. Selon Meyer, les choses devront être différentes pour la nouvelle saison qui commence à la mi-septembre, même si personne ne doit s'attendre à des stades remplis. "Je suis confiant que nous aurons un vaccin qui autorisera à nouveau des stades remplis. Mais cela prendra encore un certain temps", a-t-il ajouté. "Nous ne savons pas comment la pandémie se développera, par exemple avec une seconde vague. Il faut tenir compte de plusieurs scénarios et y répondre en conséquence." Autoriser le retour des fans en nombre réduit dépendra de la manière dont la population peut rester protégée, avec le traçage et d'autres moyens. "C'est clair que des tribunes remplies sont impensables au début. La question est: comment peux-tu graduer cela?", conclut-il. (Belga)

Dans une interview pour l'agence de presse allemande dpa, Mayer a expliqué que l'UEFA n'a pas encore pris de décision finale, mais il apparaît que les rencontres seront jouées à huis clos, et que les pays hôtes devront suivre les règles de l'instance européenne du football, même si des pays comme la Serbie et le Belarus autorisent la présence de supporters. "Les compétitions sont basées sur les règles de l'UEFA", a insisté Meyer. "Y compris dans les pays mentionnés, personne ne peut autoriser un stade rempli contre les exigences de l'UEFA s'il s'agit d'une compétition de l'UEFA et si les règles n'autorisent pas les spectateurs." Meyer a déclaré que l'UEFA prendra une décision d'ici peu, car les préparatifs actuels sont encore centrés sur les clubs. Le médecin allemand parle d'une situation "beaucoup plus complexe" au niveau européen que pour les ligues nationales. Meyer a dirigé le groupe de travail allemand qui a préparé le protocole pour la reprise de la Bundesliga, lequel a servi de modèle pour les autres ligues et pour l'UEFA. Meyer a aussi expliqué que terminer la Ligue des Champions au Portugal et l'Europa League en Allemagne, en août, est plus facile à gérer car les deux tournois auront lieu dans un seul pays avec un nombre limité d'équipes, comparé à la Ligue des Nations. "Un tournoi final dans un seul pays peut être organisé relativement bien. Mais quand les 55 nations de l'UEFA commenceront les matchs internationaux et la Ligue des Nations en septembre, il y aura d'autres niveaux de difficultés, comme la législation nationale ou la disponibilité des laboratoires", a ajouté Meyer. Pour le médecin, les matchs à huis clos et sous de strictes mesures d'hygiène ne peuvent continuer indéfiniment, mais des stades remplis ne seront pas possibles à court terme. "Le concept avec les gros efforts fournis pour ces neuf matchs en Bundesliga ne peut être maintenu pour une saison", estime-t-il. Les joueurs, les entraîneurs et l'encadrement subissent des tests fréquents et obéissent à des règles strictes de distanciation sociale. Selon Meyer, les choses devront être différentes pour la nouvelle saison qui commence à la mi-septembre, même si personne ne doit s'attendre à des stades remplis. "Je suis confiant que nous aurons un vaccin qui autorisera à nouveau des stades remplis. Mais cela prendra encore un certain temps", a-t-il ajouté. "Nous ne savons pas comment la pandémie se développera, par exemple avec une seconde vague. Il faut tenir compte de plusieurs scénarios et y répondre en conséquence." Autoriser le retour des fans en nombre réduit dépendra de la manière dont la population peut rester protégée, avec le traçage et d'autres moyens. "C'est clair que des tribunes remplies sont impensables au début. La question est: comment peux-tu graduer cela?", conclut-il. (Belga)