Faïz Selemani à propos...

...de son arrivée à l'Union : "Je suis arrivé via Alex Hayes que j'avais connu quand j'ai signé à Lorient (il était vice-président exécutif des Merlus, ndlr). Il venait d'arriver à l'Union. Il a appelé mon agent, il connaissait ma situation, il savait que c'était compliqué pour moi et il m'a proposé de venir en Belgique. C'est la seule personne qui a cru en moi à Lorient mais, au début, j'étais un peu réticent : je ne connaissais pas du tout le pays et je n'avais pas spécialement envie de partir à l'étranger. Je n'étais pas emballé mais Hayes a réussi à me convaincre. Le coach aussi m'a parlé du projet au téléphone. J'ai donc pris ma décision et j'ai accepté de venir, d'autant que je n'avais rien d'autre de concret : aucun club français n'est venu aux nouvelles pour moi. J'étais déçu parce que je sortais quand même de bonnes périodes en Ligue 2 et j'espérais trouver un club à ce niveau-là. Mais au final, c'est une bonne chose : je ne regrette absolument pas d'être venu, je suis en train de faire la meilleure saison de ma carrière."

...de son envie de revanche : "Le fait que personne ne me veuille en France m'a fait comprendre que je devais absolument reculer pour mieux sauter. Il fallait que je franchisse un cap dans ma tête, que je travaille plus, que je m'investisse plus. J'ai beaucoup changé, je prends les choses plus sérieusement, je parle beaucoup de tactique avec le coach, chose que je ne faisais pas avant. J'avais l'habitude de jouer mon jeu, et puis c'est tout. Je suis plus à l'écoute, je travaille plus en dehors des entraînements. Et comme le coach l'a dit dans une interview, je suis devenu un vrai professionnel."

...de son futur : "Je vais partir, c'est sûr. Où, je ne sais pas encore mais je ne serai plus à l'Union l'année prochaine. Mon but, avec mes agents, c'est de trouver le meilleur club pour moi et de commencer à faire partie des grands. En Belgique ? Oui, la Belgique j'aime bien. On a mis 3-0 à Anderlecht mais c'est un super club (il rit). Il y a le Standard de Liège, il y a Genk, il y a La Gantoise, il y a plein de clubs. Je kiffe les clubs de Belgique. L'Antwerp aussi, j'aime bien. Il y a de super supporters, de super ambiances : je me plais bien ici."

...du racisme : "Quand je joue, je suis concentré, je ne fais pas vraiment attention à ce qu'il se passe en tribunes et je n'ai jamais entendu de propos racistes en France. Ça m'est arrivé une fois : ici en Belgique, à Malines. J'ai entendu des supporters faire des cris de singe. Mais ça ne me touche pas plus que ça, j'arrive à faire abstraction."

Par Jules Monnier

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Faïz Selemani dans votre Sport/Foot Magazine