Les signataires réclament des mesures structurelles mais aussi le courage et l'esprit d'initiative pour les mettre en application afin de relancer le sport le plus pratiqué et le plus suivi en Belgique.

Parmi les personnalités qui soutiennent cet appel figurent deux anciens Premiers Ministres (Jean-Luc Dehaene et Yves Leterme), des représentants politiques des principaux partis et de nombreux anciens Diables Rouges et journalistes sportifs.

Dressant le constat de la faiblesse du football belge, traduite dans les résultats en coupes européennes, qui voit se creuser l'écart avec les pays du sub-top européen, les signataires demandent aux pouvoirs publics de continuer à aider les clubs bien gérés qui se consacrent à la formation (au moins 8% de leur budget) et aux actions sociales (0,7% de leur budget).

Ils demandent aussi l'application du fair-play financier, comme c'est déjà le cas au niveau européen, et l'implication des supporters dans la gestion des clubs.

Parmi les autres propositions, figurent le soutien à la formation en liant mieux les jeunes joueurs à leur club formateur, afin d'éviter le pillage "presque gratuit" par les riches clubs européens.
Le renouvellement des infrastructures doit être poursuivi au-delà de celui du stade de Bruxelles, dans d'autres villes, précise le texte. Les prochains gouvernements régionaux sont invités à faciliter ce renouvellement.

Concrètement, la création d'une task force, composée de personnalités politiques de premier plan, qui pourrait se pencher régulièrement sur toutes les problématiques du football (formation, rôle social, sécurité, nouveaux stades) est jugée nécessaire.

Enfin, le monde du football lui-même doit évoluer, estiment les signataires qui demandent que la séparation du football professionnel et amateur soit réalisée. Pour eux, le secteur amateur doit être redynamisé tandis que le professionnel doit résoudre le problème de la division 2 et placer dans les meilleures conditions les clubs de l'élite afin qu'il puissent représenter au mieux la Belgique sur la scène européenne.

Les signataires réclament des mesures structurelles mais aussi le courage et l'esprit d'initiative pour les mettre en application afin de relancer le sport le plus pratiqué et le plus suivi en Belgique. Parmi les personnalités qui soutiennent cet appel figurent deux anciens Premiers Ministres (Jean-Luc Dehaene et Yves Leterme), des représentants politiques des principaux partis et de nombreux anciens Diables Rouges et journalistes sportifs. Dressant le constat de la faiblesse du football belge, traduite dans les résultats en coupes européennes, qui voit se creuser l'écart avec les pays du sub-top européen, les signataires demandent aux pouvoirs publics de continuer à aider les clubs bien gérés qui se consacrent à la formation (au moins 8% de leur budget) et aux actions sociales (0,7% de leur budget). Ils demandent aussi l'application du fair-play financier, comme c'est déjà le cas au niveau européen, et l'implication des supporters dans la gestion des clubs. Parmi les autres propositions, figurent le soutien à la formation en liant mieux les jeunes joueurs à leur club formateur, afin d'éviter le pillage "presque gratuit" par les riches clubs européens. Le renouvellement des infrastructures doit être poursuivi au-delà de celui du stade de Bruxelles, dans d'autres villes, précise le texte. Les prochains gouvernements régionaux sont invités à faciliter ce renouvellement. Concrètement, la création d'une task force, composée de personnalités politiques de premier plan, qui pourrait se pencher régulièrement sur toutes les problématiques du football (formation, rôle social, sécurité, nouveaux stades) est jugée nécessaire. Enfin, le monde du football lui-même doit évoluer, estiment les signataires qui demandent que la séparation du football professionnel et amateur soit réalisée. Pour eux, le secteur amateur doit être redynamisé tandis que le professionnel doit résoudre le problème de la division 2 et placer dans les meilleures conditions les clubs de l'élite afin qu'il puissent représenter au mieux la Belgique sur la scène européenne.