Une belle revanche en effet pour le sprinter irlandais, auquel l'Allemand Pascal Ackermann avait été préféré au Tour d'Italie, et qui n'avait pas non plus été sélectionné pour la Grande boucle, où primait la mission maillot vert pour le Slovaque Peter Sagan. "Oui je suis très fier de cette victoire", a en effet déclaré Sam Bennett. "D'autant que dimanche je ne m'étais pas senti bien du tout (158e à 17:48, ndlr). Je n'avançais pas, même quand le tempo était bas. Mes jambes étaient lourdes. Aujourd'hui (lundi) l'équipe est pour beaucoup dans ma victoire. Elle a admirablement travaillé. Au point que j'ai juste dû me contenter de rester dans les roues, et de terminer le travail dans la dernière ligne droite. Ils m'ont amené au bon endroit au bon moment, et je les en remercie. Je n'avais vraiment pas le droit de les décevoir, même si ce succès est un peu miraculeux au lendemain de cette difficile journée. Mais cela donne confiance, et du courage, aussi..." Cette victoire d'étape s'ajoute à trois autres au Giro'2018. "Gagner dans un grand tour, c'est le top", estime Bennett, "et en plus, avec le maillot de champion d'Irlande sur les épaules. C'est un rêve de pouvoir ainsi dignement représenter mon pays, et de montrer ce dont un Irlandais est capable. Je pense avoir lancé le sprint juste quand il fallait, avec le vent dans le dos, et que chez Trek-Segafredo ils ont par contre un peu trop attendu. Après c'est difficile de revenir de l'arrière, et d'accelérer..." Bennett a remporté douze victoires cette saison, dont cinq en un mois. (Belga)