Après les réquisitoires du procureur fédéral Kris Wagner, et les plaidoiries des avocats du STVV et de Genk, le président de la commission a demandé la suspension de la séance du 18 octobre. Genk avait fait valoir que l'arbitre Lawrence Visser et le délégué Jean-François Crucke n'avaient pas suivi les règles pour mettre fin définitivement au derby limbourgeois.

Selon l'avocat Jochem Martens, il n'y aurait pas eu de consultation avec le responsable de la sécurité du STVV. Le club champion national estime que les sanctions envisagées ne peuvent pas non plus s'appliquer. Afin de vérifier cela, le Commission des litiges d'appel a demandé à entendre Eddy Christis, le responsable de sécurité du STVV, et Steve Provost, le responsable de la police. Ils ont confirmé la thèse de Genk : le délégué Crucke a pris la décision de mettre un terme prématuré au match. "Et donc, seule un replay du match est possible", a conclu le maître Martens, qui a reçu le soutien du STVV. Les Canaris avaient d'abord appelé à une victoire par forfait.

Les deux clubs risquent un match à huis clos, une déduction de deux points et une amende maximale de 5.000 euros. En outre, le procureur fédéral Kris Wagner a requis que le match STVVV-Genk soit rejoué dès la première minute à huis clos.